R.I.P : la dense série noire du début 2016…

visu death[MaJ 15/01 11h50] – A peine finalisée hier soir tard, cette note est déjà caduque ce matin… je la mets donc tristement à jour.

C’est une vraie hécatombe en effet. Cette fin 2015/début 2016 sonne comme le glas d’une certaine époque qui passe et des grandes figures qui vont avec. Ce genre de moment où l’on se dit en son for intérieur « mon dieu, que je me vois vieillir ». On le sent en effet très nettement quand un certain nombre de « VIP » et notoriétés passent de l’autre côté du Rubicon, alors qu’on les pensait (à tort) éternels, parce qu’ils nous ont accompagné longtemps dans la « petite lucarne » de nos soirées et à travers nos nourritures terrestres. Ce qui nous renvoie à nos angoisses sur notre propre fugacité temporelle…

Bien sûr, dans la musique, on pense avant tout à David Bowie (mort à 69 ans), qui a suscité un vrai phénomène de deuil mondial, tant le personnage a compté dans l’art, la création, la musique, la mode… tout en parlant à plusieurs générations fredonnant toute cette semaine ses nombreux hits en tête. Bien sûr les âpres intérêts se réveillent derrière sur son héritage financier… mais l’ensemble de la Bowie-Galaxy reste digne.

Ce n’est pas tout dans Panthéon musical international. Qui voit aussi ses rangs malheureusement engrangés de Lemmy (le leader du groupe hard-rock Motorhead), de Natalie Cole (la fille de Nat King) ou encore de Nicholas Caldwell (un des fondateurs du groupe The Whispers) ou même du plus discret batteur des Specials John Bradbury (mort à 62 ans). C’est une certaine époque 70’s/80’s qui est frappée là, montrant qu’il faut se satisfaire que quelques Dieux Vivants soient encore parmi nous et bien portants, comme Mc Cartney ou les Stones.

Outre les chanteurs, la production musicale est elle aussi en deuil, avec la disparition de l’ancien boss des Bee Gees (Roger Stigwood) mort à 81 ans, et du premier manager des Rolling Stones (Gorgio Gomelski) à 82 ans. Et encore cette nuit du 14 au 15 janvier, c’est le mari de Céline Dion –René Angélil– qui s’en est allé.

La musique n’est pas la seule touchée par cette série noire, loin de là. Au cinéma, c’est Alan Rickman qui est parti, lui aussi en ayant lutté face à un cancer et lui aussi à 69 ans. Sa figure plongeant d’une tour dans « Die Hard » marquera encore longtemps les esprits, comme son retour rajeuni et brun noir dans Harry Potter. Robert Logia est aussi une figure récurrente du cinéma américain, abonné aux seconds rôles de méchant, parti début décembre à 85 ans après une carrière for bien remplie. Le monde des acteurs pleure sur Terre enfin « la gueule » Franco Citti (80 ans) vue dans « Le Parrain », Brian Bedford (idem), Barbara Allyne Bennet (76 ans), l’indien Rajesh Vivek (66 ans), le « jeune » Brooke Mc Carter, un des personnages du film « Génération perdue », parti à tout juste 52 ans; et la voix du personnage Boba Fett (dans Star Wars), Jason Wingreen (95 ans).

rickman dies

La télévision porte le brassard noir à son tour, avec la disparation de quelques figures connues. Comme David Marguiles, un des acteurs du film Ghostbusters et de la série Les Sopranos, qui s’en est allé à 78 ans. Ainsi que Wayne Rogers, un des sympathiques personnages de la célèbre série télé « M.A.S.H ». Enfin Michael Galeoto (à peine 31 ans), star d’une série Disney (« The Jersey ») a tiré lui sa révérence à à peine 31 ans…

La création numérique paye aussi son tribut, alors que ses acteurs sont parfois vus comme jeunes et non concernés : c’est pourtant le cas de Ian Murdock, le créateur de l’OS Debian Linux, parti à 42 ans.

La France en deuil

galabruDu côté français, nous ne sommes pas en reste cela dit face à cette triste litanie connue massivement dans le monde anglo-saxon. Le moderniste couturier André Courrèges est en effet mort à 92 ans, peu après le chanteur romantique Michel Delpech (que d’airs populaires !) et le plus discret Thierry Le Coq, les acteurs comiques Michel Galabru et Yves Vincent, le compositeur Pierre Boulez, l’auteur de BD Jacques Rampal

La société civile est aussi endeuillée, avec la mort de l’ancien ministre PS Marcel Debarge, du créateur du loto Maurice Caradet, du premier pilote du Concorde André Turcat et enfin de la matrone de luxe, dite Madame Claude. Une partie de la France dans ses arts, industries, us et excès s’en va… une page d’histoire se tourne définitivement.

Turcat nous fait penser aussi que la première pilote de F1 femme de tous les temps… est elle aussi morte : l’italienne Maria Teresa de Filipis, à 89 ans.

On aimerait se réveiller alors d’un mauvais cauchemar, surtout après une actualité nationale elle aussi si dramatique en fin 2015… Mais non. Cette série noire de décès soufferts dans le monde de l’art et des spectacles vient s’apposer brutalement comme un dur et sec coup de tampon. R.I.P all… nous ne vous oublierons pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s