La Main Froide, comète electro-pop au Mans

Le Mans a décidément la main adroite pour produire des groupes d’electro de qualité. On avait déjà eu les excellents et planants Bisou, malheureusement forfait cette année. Du coup le créneau était libre pour une autre formation à découvrir : La Main Froide. Un tout jeune groupe, qui se lançait là dans son premier concert en public comme le rappelait non sans gourmandise l’animatrice de la scène France Bleue place des Jacobins. Tout en réclamant notre indulgence pour aider les « p’tits jeunes » dans leur première. C’est urbain.

Après, ça se sentait d’ailleurs, que le groupe est encore novice. Déjà, le montage de la scène prenait des plombes, alors qu’en définitive… aucun instrument n’y était présent ! Enfin aucun au sens classique du terme : deux DJ ont bien leur set installé, et la chanteuse un tout petit clavier électronique d’appoint à son micro. Le modèle désormais, des groupes electro pop, comme je le notais déjà lors des scènes expérimentales des Inrocks à Paris.

Un quatuor, avec 2 dj, 1 chanteur principal et 1 chanteuse secondaire

Il y a de l’imperfection aussi dans la gestion de la scène, trop occupée par les gesticulations (certes élégantes et enlevées) du lead singer, les trémoussements du groupe, et leur côté « on tripe entre soi sur du son qu’on kiffe ». Occuper une scène c’est aussi établir un contact avec son public, s’en préoccuper, lui parler et pas seulement à la bande de copains et à la famille venus là pour soutenir. La dynamique de groupe au sens littéral, est bien le sujet : est-ce un groupe à chanteur unique ? Alors il faudrait le nommer « Truc & la Main Froide ». Est-ce un quatuor à parité ? Alors il faudrait voir mieux les 2 compères. Est-ce plus exactement un duo electro ? Alors la chanteuse devrait s’assumer comme tel, et venir au devant, aux côtés et en lumières, plutôt que de rester en arrière et venir chanter quand le leader l’appelle.

Un répertoire so sexy

Mais ce ne sont que des scories, des tours de vis. La mayonnaise a pris finalement, au fur et à mesure des chansons, toutes extrêmement entraînantes et bien écrites, toutes très percutantes, « sexy » pour ainsi dire. Et c’est LE point fort du groupe : une base de sampling finement bien travaillée et formant un socle percutant sur lequel poser les effets vocaux. De l’orfèvrerie même, derrière son apparente facilité. Une facilité qui faisait donner référence à l’animatrice de France Bleue au patrimoine des années 80, mais un peu rapidement je trouve. Le son « clavier synthé » ne suffit pas à le justifier. Alors certes on entend bien du Taxi Boy, de l’Indochine, du Cabaret Voltaire dans les références implicites… Mais la ligne éditoriale est bien plus riche que cela : elle intègre dance, electro, pop-synthé dans une même fusion assez équilibrée.

Imparfait mais très attirant, La Main Froide… #fetedelamusique #electro

Une publication partagée par laurent dupin (@laurentdupin) le

//www.instagram.com/embed.js

Reste la façon de les délivrer ces chansons, avec une maître qualité : du culot, de l’audace, un esprit crâneur et un brin fou-fou. On le sent surtout chez le leader, au style très personnel. Une taille de guêpe sur un corps tonique, galbé par un pantalon de danseur de flamenco, monté sur des bottines de cuir blanc très vintage, une chemise bouffante pour couronner ce look très dandy. Il ne passe pas inaperçu, d’autant qu’il bouge sans cesse et prend souvent des poses mi lascives mi réflexives. Mais là aussi du calage technique reste à produire pour affiner : on entendait difficilement par exemple, la voix du chanteur dans son micro (sans doute mal ajusté), alors qu’elle porte naturellement. De trop longues intros aussi, ne contribuaient pas à fixer un rythme mémorisable en tête… Le faire sur 1 titre ou 2, ok. Mais sur tous, c’est plus sioux à saisir.

La Main Froide… où çà ?

Enfin, le groupe doit entièrement poser sa simple… « stratégie de présence en ligne » (pour la jouer pompeux), et je dirai même plus simplement d’existence tout court. J’ai eu beau chercher longuement, je n’ai rien trouver les concernant sur le web. Certes, ils naissent à peine et n’y ont sans doute pas encore consacré du temps, mais désormais ne pas avoir de site web, page Facebook, ou simples comptes Twitter, Instagram, Snapchat, logo, etc. cela confine à la faute de goût. D’autant que la Main Froide semble avoir un univers artistique assez riche, un background comme on dit outre Atlantique, qu’il serait judicieux de partager. Connaître leurs inspirations plus en détails.

C’est « chiant » à faire, puis à tenir, à nourrir sur le long ce type de dispositif. Mais c’est un incontournable. Et là aussi c’est une politesse pour son audience, son public. Et surtout une manière de se structurer, pour débuter ce qu’on nomme « une carrière ». Ils le méritent, ils en ont tous les atouts, sentis à travers ce « précipité » comme on le dit en sciences physiques. Il faut coaguler, unifier, tenir le tout.

Le voilà peut être, le maître mot et conseil final à donner à la Main Froide : la réchauffer un peu cette main et accepter de la tendre plus généreusement vers… son public déjà demandeur. Le futur d’une belle comète d’un soir d’été, dont on suivra la trajectoire avec gourmandise.

Imparfait mais très attirant, La Main Froide… #fetedelamusique #electro

Une publication partagée par laurent dupin (@laurentdupin) le

//www.instagram.com/embed.js

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s