L’ado, son smartphone et ses gimmicks

Ce fut d’abord une question estivale, testée sur mon aîné (bientôt âgé de 15 ans) : quelles choses préfères-tu accomplir sur ton smartphone ? Ca semble bête a priori comme interrogation, mais comme je les vois (lui et son frère) toujours fichés dessus, comme j’en use moi-même beaucoup, je me demande in fine si nos usages sont si différenciés que cela. Si nous sommes condamnés au même type de drogue virtuelle. Qu’avons-nous de particulier dans cet acte de consommation devenu si quotidien et banal ?

Et puis cette question rebondit depuis la rentrée, et le contact avec mes élèves au lycée, de grands ados tout aussi sur-connectés. J’y reviendrai.

Voici les réponses de mon fils donc :

  • Youtube : « parce qu’il y a plein de vidéos dessus » et notamment… « des vidéos sur les jeux vidéos« 
  • Réseaux sociaux : et en priorité Instagram, car « on peut voir les photos de tout le monde« 
  • Parler, communiquer : avec les copains, les copines

Les constructeurs de téléphones et concepteurs de systèmes mobiles et applications… devraient s’en inspirer non ?

Si je replace ces réponses dans le contexte de l’usage des mobiles vu en milieu scolaire, cela prend une autre dimension. Evidemment c’est désormais un appendice de plus, comme le prolongement naturel tout à la fois des mains et des doigts, mais surtout des yeux et des neurones. Les élèves communiquent entre eux, se divertissent et s’évadent par cet écran. Je les croise tous les jours dans les couloirs et escaliers du lycée où j’enseigne, lors des pauses, regarder des vidéos marrantes filmées par les copains/copines. Terrain de jeu privilégié : Snapchat. Un réseau social largement répandu mais (signal faible) qui commence à décliner aux USA

Et terrain de reniflage social. Que j’y figure et utilise conséquemment les réseaux sociaux les as surpris au début, tout comme d’entrer en contact avec eux, de ne pas refuser d’être diffusé à son tour. Après tout, pourquoi ne pas y aller ? Un outil de communication est un outil comme un autre. Tant que l’on maintient les notions de respect, de distance, de politesse nécessaires une fois le cour présentiel repris, ça me va. Et eux aussi. Ces réseaux ne sont pas le diable que l’on veut parfois un peu aisément en faire…

Mais par exemple, une fonctionnalité d’application web social ne pourrait-elle pas… mettre en scène cela, l’orchestrer, le déployer et le faire vivre ? Genre « teens meet teachers » (TMT). Je pose ici l’idée. Y compris sur un mode fun bien sûr, balisé mais assumé.

Interactions et télécommande universelle

Rares sont ceux (un élève m’a fait le coup l’an dernier) de se rendre compte par exemple que son smartphone pouvait… piloter en bluetooth le rétroprojecteur équipant la salle de classe ! Un détail dites-vous ? Toute la domotique est en passe de fonctionner ainsi bientôt. Mon fils cadet se branche bien sur la télé familial depuis son smartphone, quand on a égaré la télécommande. Alors pourquoi pas dans une classe ? Fermer les volets de la salle ainsi, grossir ce qu’écrit le prof’ au tableau, pré-réserver son pain au choco de la récré, etc, etc.

Et qui sait, demain, si le rêve de la leçon télécommandable n’est pas à portée de mains ? Une petite expérience de dynamique de groupe m’a permis de le montrer à des élèves : le prof qu’on pilote dans ses actions, au seul son de la voix. Peut-être un jour un vrai « androïde d’enseignement », robotique ou agent virtuel, assurera cette tache. Un peu à la manière des assistants de visite de musée vus dans des films SF, ou hologrammes créatifs à la Tony Stark de chez Marvel (ci-dessous).

Peut-être aussi voit-on un signal faible d’un désir plus profond, plus intime de… contrôler l’environnement ? Ou en tout cas de prétendre à le faire. Ce que le social (chômage), le politique (pensée uniformisée), le contexte (règles) ne permettent plus… est-ce que la technologie ne pourrait pas le combler ? De la télécommande au doudou, il n’y a qu’un pas.

Et demain… plus fort encore ?

Pour revenir à du plus « concret » si j’ose dire, que peut-on faire de mieux ? La double dynamique image et réseautage constitue le socle à date, aucun doute là-dessus. Que bâtirait-on demain alors, qui puisse être vraiment innovant, au sens excitant et rafraîchissant ? Je constatais cette année passée que les flashmobs ont fait largement leur temps, tout comme les lip dubs : trop has-been, voire même trop compliqués à faire. Vous imaginez : concevoir des chorégraphies, des travellings, etc. Fatiguant. Il y a une nonchalance adolescente qu’on ne peut ignorer : c’est pourquoi les mannequins challenges, à mon avis, ont motivé les troupes un temps. Se filmer figé, c’est finalement plus simple à réaliser. Je taquine, je taquine… il faut quand même encore en avoir l’idée et l’opportunité.

Ce qui me semble manquer alors, c’est peut-être la capacité à co-créer en live, en connecté et en masse un… phénomène interactif et multimédia. Je ne sais pas bien ce que cela pourrait donner, mais je pressens quelque chose qui soit entre la diffusion virale ultra accélérée et la co-création, entre la vague (façon ola d’un match de foot) et le happening, entre le délire ultra visuel et la réalité augmentée. Bref un « objet » encore indéterminée à imaginer entre le hand-spinner, le dab et le clic applicatif.

Car finalement, le monde du jeune connecté reste encore trop tributaire d’applications « privatisée » et simpliste. Au sens où elle enferme dans un univers, une syntaxe, un usage. Vous verrez, il sera un temps (comme le pressentait Nicolas Vanbremeersch aka Versac) où Facebook n’existera plus. Et on aura bien d’ici là autre chose à se mettre sous la dent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s