Le plus beau des Noël…

noel-2016-cadeauxLa fête m’a déjà inspiré une lassitude face à l’actualité. Mais ce Noël 2016 vient de passer, inédit pour notre famille et mes fils, finalement bien agréable… contre toute attente. Du coup, je me replonge dans mon propre patrimoine mémoriel des fins d’années du passé. Comme dirait les Inrocks, « il était où le cool ? ». Il était autour de mes 10 ans sans aucun doute, juste avant que mes grands parents ne disparaissent, quand je pouvais encore profiter des uns et des autres, de façon insouciante, sans craindre que la roue tourne. Les enfants ne savent jamais la chance qu’ils ont de voir encore leurs « vieux », dans leur famille et d’échanger avec eux. On ne le mesure qu’après quand il est trop tard.

Je revois alors ce grand appartement sur la Promenade des Anglais à Nice, celui de mes grands-parents paternels. Je collais souvent mon visage sur la vitre du salon, face mer : à cette période de l’année, la Méditerranée est souvent « énervée », avec une pluie battante, du vent. On se sent bien derrière une fenêtre au chaud, même si c’était une si mince protection pour être franc. Et pour un Niçois, quelques degrés autour de 5, c’est déjà la Sibérie.

halvaJe revois ma mamie corse -Lola- qui recevait toujours à Noël un colis de sa famille gorgé de bons produits de l’Ile de Beauté. Elle me grillait du figatellu à déguster dans un morceau de pain frais, à la cantonade. Gras, fumé mais un délice. Il y avait aussi de temps en temps des produits libanais : mes grands parents y avaient vécu dans les années 30, sous le protectorat français. Et l’halva… dieu que je m’en suis repu à grandes cuillerées de cette douceur. Un contraste avec mon papy, un ancien magistrat important, dont je sentais avec plaisir cependant, les dossiers de ses « grandes affaires », fleurant bon le vieux papier et l’encre séché, rangés/empilés dans son armoire en bois de marqueterie. Ca me semblait un Trésor des Dieux Sérieux, un cap montré sur la voie de l’effort.

visiteurs-de-noelNoël c’était aussi quand ma grand mère maternelle -Irma, pour moi mamitou- venait chez nous, à notre appartement de la colline de Fabron, pour une nuit ou deux, à partir du réveillon. Je la laissais parler avec maman (c’est fou ce qu’elles avaient à se raconter !) et me calais sur notre canapé de velours rouge cramoisi, devant la télé des années 70 (un Radiola ou un Grundig), c’est à dire les après-midi avec « Les Visiteurs de Noël ». Je revois aussi des épisodes de la série « La Planète des Singes », ou encore une émission spécial Noël de « Star Wars », avec des armes et armures toutes brillantes. Comme les boules et bougies du sapin. Il y’ avait toujours sur la table une assiette de dates fourrées, une sucrerie que cette famille pied-noir adorait… et moi donc !

Les batteries du futur

Tout cela était mixé, foutraque, bourré d’orange seventies et de formes hirsutes sur les tapisseries de cuisine… mais très raccord dans ma mémoire. C’était doux et cotonneux, calme et gentil, innocent et sans prétention… que de l’énergie positive pour nourrir les batteries de vie qu’on emporte toutes et tous sur des terres plus arides, plus tard. C’est là qu’on y puise invariablement notre force, surtout par temps de gros grain et quand on doute. Je ne réussis pas tout, loin s’en faut, mais j’espère savoir désormais fournir cette énergie à mes fils, aussi, à ma manière. Et malgré les obstacles, aléas de la vie et surprises des sentiments.

Ce Noël n’a pas été le même pour nous c’est vrai, n’a pas eu la même configuration du passé c’est sûr, mais il a été quand même appréciable. Car inscrit à la fois dans un renouveau et dans la continuité du passé, la transmission des flux vitaux du patrimoine familial. Garder le bon, oublier le mauvais. Renforcer le socle, retirer les scories. Rassurer un enfant, lui bâtir de beaux souvenirs pour plus tard, qui lui donneront à son tour envie d’en bâtir pour d’autres êtres chers. C’est à la fois tellement simple et si ardu à réaliser. C’est une des transmissions essentielles de la vie et de notre part d’humanité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s