Twitter a 10 ans… et nous aussi

header twitter 10 yearsC’est le petit jeu mémoriel du jour : que faisait-on précisément, où était-on il y a dix ans ? Question apparemment simple mais pas si anodine que cela : car il y a dix ans naissait… Twitter. L’un des réseaux sociaux mondiaux dominants et qui proposait une option radicale : le monde raconté en 140 signes. Une contrainte « à la gomme » disait-on alors, mais tirée d’un besoin perçu à l’origine pour les SMS.

Il y a 10 ans, soit le 21 mars 2006, peu d’entre nous avaient saisi toute la puissance du « bidule » énoncé comme un service de « micro bloguing »… moi le premier. Je l’avoue, je n’y ai pas cru du tout au début. Et puis on avait déjà Facebook, Viadeo, LinkedIn… Mais c’est le « pourquoi » qui me semble pertinent, rétrospectivement.

logo zdnetEn mars 2006, j’étais en effet au coeur de ma période ZDNet/CNet Networks : journaliste online couvrant le secteur high-tech, et plus particulièrement l’informatique d’entreprise. Une vraie boîte en avance sur son temps, qui a inventé/déployé avant bien d’autres tout ce qui allait faire le sel de la presse en ligne de demain : blogs éditoriaux, UGC, formats webdoc, etc.

Ce mois de mars 2006, j’écrivais par exemple sur tout un tas de sujets « techno » et « entreprises » comme le regain de la pub en ligne, le CV anonyme, sur des rachats de l’éditeur d’ERP Cegid ou encore à propos de… l’informatique agricole. Pas du léger, je m’en rends compte… Chez ZD, j’apportais ce que j’avais appris et couvert quelques années plus tôt au CXP : un cabinet de conseils informatiques ayant développé une activité d’agence de presse, à laquelle j’appartenais. Pas très tweet-tweet tout çà…

Trois ans après

Mais grâce à ZDNet, je couvrais aussi LeWeb de Loïc Le Meur qui est -je l’ai déjà dit ailleurs- un des premiers à avoir saisi en France l’importance de Twitter et à en avoir assumé la promotion. C’est par ses appels du pied répétés (« It’s huge ! »), ainsi que me concernant dans mon entourage ceux de JP Govekar, que je m’y suis mis. En 2008, j’avais déjà géré à titre expérimental un compte Twitter pour un média économique (Le Moci). Et ça n’est qu’en mars 2009 où j’ai ouvert mon compte « perso » @ldupin.

captu mediaboEn 2006 en revanche, je bloguais déjà depuis trois ans sur le blog « Les Médiaboliques » notamment… fermé depuis, car la plateforme 20six.fr a capoté; puis sur plusieurs blogs professionnels pour ZDNet. Et c’est vrai, j’admets, la concision des 140 signes ne m’a pas paru de suite clivante face à l’éditorial en ligne, qui me semblait devoir être travaillé, chiadé, élaboré. De ma culture journalistique d’alors, il fallait écrire, gratter, construire… et ne pas aller si vite. Il faut aussi dire que les débuts de l’oiseau bleu semblaient plus futiles : le côté « je suis ici et suis en train de faire çà », ou les simples pushs de liens internet… le tout sans visuel, vidéo ni gif rigolo. Pas très bandant.

A l’heure du bilan…

10 ans plus tard donc, on peut tirer des bilans. Chiffrés tout d’abord. A titre perso, mon compte en est aujourd’hui à plus de 15.000 followers après un premier cap senti à 12.000 : ça fait donc 185 followers qui m’ont rejoint par mois (ou 6 par jour). En terme de « production », j’en suis à 44.800 tweets, soit un peu plus de 530 par mois (ou 17 par jour). Clair : ça fait désormais partie de moi et pour certain(e)s je suis même un « tweeteur » compulsif (!)

Outre la métrique, il y a le ressenti, le vécu. Twitter a transformé mon métier (le journalisme), ma vie personnelle (par des contacts incessants et enrichissants) et pro aussi. Tour à tour classé dans les comptes drôles de Twitter ou parmi les influents en high-tech, IT/cloud/Saas, compol et social media, etc. je m’en amuse plus que je n’y adhère. Mais j’alerte, éclaire et forme autour de moi à Twitter (et au reste du digital) comme consultant : c’est une matière première évidente.

10 ans plus tard donc, on peut tirer des bilans : nous n’avons pas été beaucoup à avoir eu du flair envers Twitter, nous avons mis du temps à en comprendre les ressorts, mais nous y avons par la suite généreusement plongé dedans, à pleines brassées. L’autre enseignement est que, bon gré mal gré, et avec une sobriété exemplaire, Twitter existe toujours au terme de cette décennie. Une belle durée qui est aussi un défi : savoir vieillir et devenir « un grand ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s