Les nouveaux « Big 5 » sont digitaux, social media, ricains (et pas français)

big 5Je rebondis sur une info diffusée sur Twitter il y a peu : elle émanait sur mon fil du compte @Blanketing et montrait en une infographie que les USA dominent le monde des réseaux sociaux, ou en tout cas d’un certain web du contenu distant et des services en ligne. Le voici plus bas…

Le point qui me frappe est que les Français -en ces temps de rodomontades frenchtech et bombement de torse cocardier- sont quand même cruellement absents du tableau. Où sont-ils les champions français des réseaux sociaux et du digital ? A quelques rares exceptions de réussites, on en voit peu…

Un indice « quanti » pour achever ce tableau : quand on tape « réseau social + français » sur Google, on ne tombe « que » sur 2,2 millions de pages de résultats. Alors que la recherche « social network + US » en livre… 563 millions. La messe est dite.

//platform.twitter.com/widgets.js

Dès 2013, le Figaro réfléchissait au problème, en évoquant « la dure vie des réseaux sociaux français« . A l’époque, le journaliste listait que « seuls trois s’accrochent, avec une fortune diverse: le professionnel Viadeo, l’adolescent Skyrock et l’ancêtre Copains d’avant« . C’est oublié aussi non pas les ratés mais plutôt les mauvais rendez-vous avec l’histoire : comme les projets de Loïc Le Meur, lanceur des plateformes de blogs en France (U-blog puis Movable) puis d’un réseau social vidéo (le tout premier Seesmic). Des projets frondeurs, innovants, mais qui avaient eu l’erreur de venir trop tôt, dans un paysage pas encore équipé de mobiles bien connectés au web et qui se complaît désormais dans du Periscope.

On peut aussi penser qu’un Netvibes avait eu un sacré temps d’avance en modernisation du concept des intranets et d’une gestion de contenus web et de partage social… sans réussir à capitaliser l’ensemble au devant de projets plus agiles comme ScoopIt ou Pulse. Dommage.

Big un jour, big… toujours ?

blackberry-logoL’autre évolution notable, c’est que les Big 5 ont bien changé… Dans les années 90, cette notion alignait les grands cabinets de conseil et d’audit, qui faisaient alors la pluie et le beau temps. Quand on parlait d’innovation ou de modernité, c’était forcément Ersnt & Young, Cap Gemini ou PWC… sans trop savoir exactement ce que leur périmètre couvrait au juste. Une sorte de mélange zélé de conseil, de business et de « nouvelles technologies » comme on les nommait alors, servi par des « suit & tie » sortis d’écoles et bardés d’ordinateurs portables et Blackberry (ci-contre, une relique aujourd’hui…).

Puis les start-ups et les géants de la Silicon Valley ont creusé leur trou et renversé cet ordre établi, en imposant un autre arrivisme socio-économique : celui du cool guy avec jeans et baskets à la « Zuck« , le patron de Facebook, ou un peu plus tôt à la Steve, le boss d’Apple.

L’expression « big five » elle-même est devenue délaissée, presque ringarde : on lui a préféré entre experts et communicants le plus récent « GAFA ». Qui -ultime bravade- ne compte plus 5 « gros », mais juste 4 : Google, Amazon, Facebook et Apple. Pas besoin d’un cinquième larron pour former le club des « géants du web« .

Tout ce qui est « big » est-il… ?

Marrant de voir quand même que sur Google, le premier résultat qui tombe sur une requête « big five », nous parle de… grands mammifères africains ! Ceux là même qu’on chasse et qu’il faut préserver de la brutalité humaine. Une allégorie des « gros machins dominants » ayant inévitablement le destin d’être renversés voire exterminés ? Je laisse aux patrons de tout « big five » le loisir de réfléchir à cela, entre 15 slides de résultats financiers et 3 keynotes de lancement de service innovant.

Mais en effet, peut-être faudrait-il arrêter aussi de lister tout ce qui est « big »… et chercher à dénicher les « little five » ou les « mini five » qui donneraient les tendances de demain. On en parle souvent, mais on ne le formalise pas assez dans la communication vulgarisatrice.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s