Dans les coulisses d’Un Soir Avec… Nikos

La semaine dernière, j’ai pu accepter une invitation iconoclaste (merci Emmanuelle) à une soirée de première parisienne : celle de la nouvelle émission radio de Nikos Aliagas sur Europe 1, « Un Soir Avec…« . Mais c’était un peu plus que cela.

header nikos un soirTout d’abord, il y avait à observer la mécanique des blogueurs et blogueuses réuni(e)s là un soir, au Comédia Paris 10e. Pour certains, c’était ici l’énième soirée « spécial » sur invitation. « Non j’suis pas allé à la soirée Machin. – Olala non, c’était nul cette réunion Truc ! – Et toi, tu vas pas ici voir Bidule mardi prochain ? », etc, etc. Dans le temps, comme journaliste high tech, j’avais eu la même observation : sur certains confrères qui passaient leur planning à sauter d’une invite à un voyage de presse, entre Orlando, Vienne et San Francisco ! Comme une partie de leur statut que d’être tout le temps en réceptions et mode VIP.

Mais dans ce petit groupe le spectacle commençait déjà… au dehors.

Toujours drôle en effet chez le blogueur/l’influent, cette schizophrénie assumée entre « ma vie sur les réseaux » qui nécessite de tweeter, poster, partager en réseau dès qu’on bouge un cil ou éternue… quand il faut aussi (hé oui) dire bonjour « IRL », dans la vraie vie, en se croisant les uns les autres. « Attends, je finis ma photo pour Instagram làààààà, voilà et… salut (bise) tu (bise) vas (bise) bien ? ». Et donc d’arriver à ranger ce diable de smartphone si envahissant. Envahissant, il l’était aussi finalement quand chacun(e) de nous passions plus de temps à pianoter sur nos claviers, qu’à… profiter du spectacle là sous nos yeux. « Mais Nikos nous a donné l’autorisation !« , se disaient les uns les autres, pour se rassurer. Oui, certes il a poussé au crime. Mais je me suis trouvé très impoli de faire ainsi comme les autres… et de recommencer.

Le Comédia, à Paris : une petite salle très intimiste...
Le Comédia, à Paris : une petite salle très intimiste…

Interactivité encore, quand Nikos prendra le temps de retweeter « live » depuis la scène, quelques tweets des uns et des autres qu’il aimera bien, en citant les prénoms pour encore plus de proximité. Un des miens y est passé (ci-dessous), qui aura ainsi le bonheur (stats’ à l’appui) de prendre 20x plus d’exposition qu’un tweet normal ! Mais le « boss d’un soir » aura aussi in fine plus tard cet éclair de lucidité (ou d’auto-flagellation ?) quand il lancera sur scène : « Tu tweetes, je retweete… Voilà ce qu’on est devenu (…) On a vraiment plus de vie » (sic)

//platform.twitter.com/widgets.js

Dehors, c’était encore des comportements et postures différents : le club des blogueurs franco de port, qui ne se gênent pas et vont direct à l’accueil demander à pouvoir rentrer dedans. Quand les autres attendent un peu à l’arrière, que la voie soit enfin ouverte et assurée confortablement. Comprendre : sans avoir à aller négocier. Pas bête, car les « VIP » d’un soir (dont je fus) étaient pour l’heure… bien trimbalés : « ah non, c’est à gauche pour votre accueil » (comptoir de droite)… puis « ah ben c’est à droite pour les blogueurs » (comptoir de gauche). Au bout de quelques aller-retours kafkaien, un homme important (car muni d’un talkie et d’un badge) viendra trancher d’un définitif : « allez-y, c’est bon ». Ouf.

Au final, tout le monde rentrera bien dans Le Comédia, mais pas à même vitesse, ni sur un même élan participatif. Entre ceux qui se mettent « aux rangs de devant » et assument leur côté groupie-fan-de, et ceux qui resteront plus à l’arrière, sur leur quant à soi et leur mode observateur. Au final, tout le monde applaudira l’animateur et les artistes, sur fond d’interactions sociales débridées.

Inside concert radio

Notable était l’art de recevoir de l’hôte d’un soir : Nikos Aliagas en l’espèce. J’ai déjà dit ailleurs et souvent, le respect que j’ai pour son authenticité sur les réseaux sociaux et son journalisme tout terrain. Je l’ai mesuré ici de visu. Non seulement c’est une bête de scène, mais aussi un as du « sans filet » et du spontané. L’exercice n’était pourtant pas si facile que cela, d’inviter sur scène 5 nanas (*), 5 caractères bien trempés et styles musicaux très spécifiques. Mais de par sa méthode, sa gentillesse, son sens de l’auto-dérision (et ses fiches !)… ça le faisait sans problème.

captu un soirBien sûr, les plâtres d’une première ont été aussi essuyés (nul n’est parfait), mais avec comme facilité, aisance, tranquillité. Ce sachant que nous enregistrions, donc qu’un certain remontage serait possible. Cible du programme ? Sans aucun doute produire une sorte de Taratata radio, mixant live originaux, discussions moins promo qu’ailleurs et ambiance « comme à la maison ».
La fin de la soirée s’est finie comme était Nikos au début : détendu et à la bonne franquette. Il s’est rendu dispo pour ses fans, pour quelques selfies; et a taillé aussi le bout de gras avec quelques-uns. Le tout au milieu d’un va-et-vient précis et rapide des « technicos », rangeant matériels et instruments dans leurs caisses noires. On aurait aimé (j’aurais) plutôt une « after » en « backstage » avec les artistes justement, pour un verre et quelques partages spirituels plus proches. Après tout, un blogueur musical, ça a besoin de cela aussi, pour rédiger ses… chroniques musicales ! Mais ça n’était pas l’idée visiblement. Peut-être pour une prochaine fois ? Nikos évoquait déjà sur scène l’idée de faire évoluer son show pour le numéro 2, avec des duos inattendus, des surprises, etc.

En tout cas, à lui et son équipe, merci encore pour l’invite. Une soirée très agréable à vivre, à tous les niveaux !

(*) je reviendrai dans une note ultérieure, sur la partie musicale de cette soirée, car très éloquente entre La Grande Sophie, Lou Doillon, Nach, Yael Naïm et Inna Modja.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s