La machine, cette menace du futur pour la SF

aurora robotJe repassais par hasard hier sur quelques images du film « A.I », by Steven Spielberg : un des rares moments de cinéma et de science-fiction, où l’on montre des robots, des « machines », des assemblages de processeurs et bionique… fragiles, sensibles, à la merci d’humains si mal intentionnés.

Car en-dehors de ces rares moments, la « machine » est surtout cette altérité qui fait peur, qui menace, qui fait mal. Un flip que des gens sérieux relayent désormais, pour alerter sur les risques d’une intelligence artificielle qu’on pousserait trop dans la recherche scientifique… Et une prise de conscience que la techno peut faire bobo, aussi.

Outre Chappie qui est déjà sur les écrans depuis un moment, et dont je vous ai parlé ici, deux autres réalisations à venir me semble intéressantes à cet égard. La première (« Ex Machina ») joue sur la sobriété d’un huis-clos très britannique dans la facture; la seconde est plus dans le « show » guerrier (« Aurora »). La première est une production du circuit classique, avec une « plume » aux commandes (Alex Garland); la seconde est un projet de Robert Kouba, financé via KickStarter par exemple.

« Ex Machina » (sorti aux States ce 10 avril; pour la France, ce sera en mai) nous inscrit dans un trip solo : un ou deux humains sont seuls, face à une machine hors de contrôle. C’est la déclinaison de « 2001 l’odyssée de l’espace », avec juste des effets spéciaux de plus en plus saisissants. Et peut être aussi le début d’une critique sur ces grands patrons de la tech, jouant aux apprentis sorciers…

« Aurora » évoque lui un enjeu plus épique, celui du combat de deux races : celle humaine contre celle mécanique. Qui prendra alors le dessus, et à quel prix ? Une déclinaison ici du thème classique de la série « Terminator », ouverte depuis les années 80.

Quoiqu’il en soit, sortie d’Hollywood ou de sentiers plus originaux, la SF reste bien toujours ce moyen de projeter nos peurs du futur pour mieux les appréhender. Et un jour peut-être, quand on reverra toute cette production cinématographique, de se dire : mais lequel de ces films avait donc vu juste le premier ? Brrrr.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s