Poste télé, platine 33 tours et salon d’hier

Le poste télé et la platine disques. Duo du salon des années 60, 70...

Ai remis la main dessus. Sur une vieille photo de fin d’année, qui est une capture de vieux film repassé à la télévision, sur Arte. Jusqu’ici, appréciez la mise en abîme… Il s’agissait d’un François Truffaut (qui me connait sait mon penchant pour ce cinéaste de la nouvelle vague), et plus précisément de « La Peau Douce« . Pas son film le plus connu, mais un vrai thriller sentimental prenant.

A un moment, le personnage principal (joué par Jean Desailly) est dans un salon typique des années 60 en France (du moins pour les familles bourgeoises à intérieur cossu). Y trône un poste de télévision, finalement pas si gros que cela. Il est surtout profond, car le tube cathodique il est alors imposant. Mais c’était surtout un « objet » domestique. Dans ma génération (10 ans de plus) on a connu dans les 70’s de bien plus gros postes de télé : large, profond, carré… de vrais monstres. Dans ma famille, on a été Radiola, Philips et Grunding. Et c’est là que j’ai rodé mes premières amours vidéastes, notamment via les émissions rock, les clips et avec l’appui de mon vénéré magnétoscope Hitachi.

Second objet manifeste : la platine 33 tours. Là aussi un bel objet, en bois, avec couvercle pour le refermer. On est là dans l’évolution (visuellement parlant) des antiques phonographes : une boîte carrée, d’où sort on ne sait par quel miracle de frottement… des sons. Pareil : dans les 70’s, ces platines se sont agrandies. Dans ma famille, mon père avait été très fier de nous ramener une Grunding plastique et finition métal, avec platine 33 tours, lecteur-enregistreur de K7 et tuner radio. Du solide. C’est là-dessus que j’ai fait mes premières K7 musicales d’ados, mixant enregistrement de disques (avec le fameux « souffle » inclus) et chansons passant à la radio. On imagine pas la complication de la chose aujourd’hui, à l’heure du streaming et de la dématérialisation.

Le poste télé et la platine disques. Duo du salon des années 60, 70...
Le poste télé et la platine disques. Duo du salon des années 60, 70…

Zap temporel. Qu’a t-on justement aujourd’hui dans nos salons ? Personnellement, nous avons connu ma femme et moi une période (fin 90, début 2000) de minimalisme, où l’on cherchait à avoir les plus petits appareils, le plus caché possible. La télé a été par exemple chez nous enfermée dans un meuble bas, discrète, pas intrusive du tout. Et là chaîne hifi était au sol, pas petite certes, mais pas mise en valeur non plus. Une époque où les disques (CD) restaient en revanche accessible dans le salon, dans un meuble ou une bibliothèque, ainsi que K7 vidéo puis DVD.

Zap en 2015. Dans nos salons actuels, la télé, ou plutôt ce que j’appelle l’EPLD (écran principal des loisirs domestiques) a repris ses droits et s’affiche tout en finesse certes mais en diagonale maximale. La chaîne hifi a totalement disparu ou presque. Pour certains, c’est un appareil à smartphone et tablette compatible (on les branche dessus). Pour d’autres c’est un ordinateur portable branché sur des enceintes puissantes. Pour d’autres encore, un serveur familial distribuant des fichiers numériques (son, vidéo) sur plusieurs devices. On y gagné en efficacité, stock dispo et accessibilité. On y a perdu… peut être ce charme dépassé des vieux objets en boiseries aux boutons de décollage de fusée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s