Web social : what is the « asian way » ?

logo ombrelleLa semaine dernière, j’assistais avec JP Govekar à l’une des soirées atelier du SMC (Social Media Club) à Numa, et sur un thème pour une fois très géo-localisé : l’Asie et le web social. Ce qui suit n’est pas un compte-rendu exhaustif, mais ce qui m’a alerté. Car avec pour guest star Frédéric Martel, on a gratté deux bonnes heures durant les tendances, us et coutumes des pays asiatiques sur le terrain du web et des réseaux sociaux. Et plus spécifiquement pour la Chine et l’Inde, au devant de toutes les autres terres asiatiques.

Qu’en ressort-il ? Des propos de A. Colaianni et L. de Carayon, plusieurs choses apparaissent en osmose. Tout d’abord que l’Asie n’hésite pas à copier/dupliquer les réseaux sociaux à succès du monde occidental. Elle les copie et les améliore sans cesse à sa sauce, pour s’adapter mieux à son marché et ses utilisateurs, réputés très exigeants. Au-delà de ce constat, les Chinois percutent bien sûr à l’environnement mobile et sont très joueurs, ainsi que nativement « social » dans leur approche du commerce.

Ainsi, en Asie il ne faut pas parler en terme de GAFA mais de… BAT (pour Baidu, Alibaba, Tencent). Et pour l’Inde, plutôt de « SMAC » quant au moteur de croissance du numérique. On le voit, la terminologie business est déjà une nuance qui en dit long.

numa débat asie
F. Martel participait au débat, jeudi dernier, à Numa.

fmartel twitter

F. Martel (photo ci-contre) s’employait alors a extirpé de ses récents ouvrages (dont « Smart ») ses observations spécifiques et concrètes à l’endroit de l’Asie, fruit de ses nombreux voyages et enquêtes de terrain. C’est d’abord une question de perception et de réglage de la focale. Pour lui en effet, la Chine déploie « un web expansionniste, pas propriétaire. Ce n’est pas un intranet comme on l’a vu d’abord, mais bien le deuxième internet mondial ».

Il n’hésite pas aussi à souligner que la Chine a « un réel problème d’innovation, et de respect du droit », et que « s’ils ne lâchent rien sur l’essentiel [politiquement, ndlr], sur tout le reste oui ». Manière de dire finement que la censure de l’internet est toujours pesante et souvent kafkaienne (1), mais de plus en plus contournée et qu’à terme elle ne pourra plus tenir.

Alors, on en revient (ou pas) ?

Pour ma part, je faisais noter à la docte assistance -tiré de mes années de journalisme en informatique pro- que nombre d’entreprises françaises sont par exemple revenues du fameux filon asiatique et notamment indien, quant à leur déléguer les projets de développement informatique et de coding. L’Inde prétendait aussi à ne plus faire simplement que du dév’, mais aussi à pouvoir piloter les stratégies technologiques directement.

Car il est dur de travailler avec des Indiens par exemple, non seulement sur leur façon d’envisager la démarche projet (ce que notait parfaitement le débat), que tout simplement la question de la langue et du parler anglais (ce que j’ajoutais). Mais attention : cela pourrait très n’être qu’un irrédentisme très gaulois, comme le rappelle cet article des Echos de juin 2014. Rien n’est joué.

On pourrait aussi dire la contradiction de pays perçus comme puissances technologiques, et qui pourtant continuent de produire des ingénieurs en série aspirant à rien d’autre qu’à partir travailler… en Occident ! C’est un peu moins vrai au fil du temps et de l’émergence de technopoles comme Bangalore, mais ça reste vrai aujourd’hui encore.

(1) les 3 intervenants réunis ont décrit dans le menu les finesses d’une censure « techno » qui ne se présente pas comme telle, mais « pollue » peu à peu, par divers « bug » apparents, le fonctionnement de réseaux sociaux et écrans de contenus repérés comme « indésirables ». Un véritable « supplice chinois » dira même F. Martel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s