La France, en proue ou… à la ramasse sur le numérique ?

classement digital mondeParfois, le fil de l’actualité est dur à suivre et interpréter, dans ses contradictions permanentes. Ainsi ces derniers jours, des infos concernant le secteur numérique français. Lequel pose visiblement une question de fond, derrière l’écume des faits : est-il ou non la locomotive qu’on dit, pour tirer et dynamiser toute l’économie à sa suite ? Et ainsi assurer le re-décollage tant attendu de la croissance ?

Deux faits notables à isoler, tout d’abord.

1/ Cisco parie sur le numérique français : l’entreprise américaine a en effet créé la surprise, en annonçant le 16 février dernier un partenariat avec l’Etat français. Principe ? Formation en ligne, villes pilotes et une ligne d’investissement de 100 millions de dollars pour les start-ups françaises. Certains doutent, comme E. Delsol dans l’Usine Nouvelle, de la sincérité de l’opération, mais vu de haut, on peut la voir comme un signal que le marché numérique français est porteur.

2/ la HBR classe la France en recul : la très sérieuse Harvard Business Review a pondu une étude dite du « Digital Evolution Index (DEI) », créé par la Fletcher School at Tufts University (avec l’aide de Mastercard et DataCash). Ce scan nous place en effet dans le carré des pays en « Stall Out », c’est à dire des « (that) have achieved a high level of evolution in the past but are losing momentum and risk falling behind ». Bref, on fut bon, mais ce n’est plus le cas… au même titre que toute l’Europe du Nord, ou encore Autriche, Allemagne et Japon.

classement digital monde

Effort de com’ et de… focus

macron photoDu coup, qui croire ? Peut être qu’un des premiers chantiers de la toute nouvelle Agence du Numérique créée par l’Etat, pourrait être justement de lever cette ambiguïté… et clarifier le positionnement hexagonal dans le monde. Ca passe par de la communication, et janvier a voulu être fort à cet endroit mais… est mal tombé. Le raide de la French Tech au CES 2015 autour d’Emmanuel Macron et Axelle Lemaire (un « blitz » dit même VentureBeat) est malheureusement passé un peu derrière les feux de l’actu, naturellement braqués sur les attentats de début janvier. Pas de bol…

Pire : un nouveau label (Creative France) semble avoir été lancé un peu à l’emporte pièce, et s’avère redondant par rapport à la French Tech ou d’autres étiquettes déjà existantes. Un « énervement » fin janvier entre M. Valls et A. Lemaire, achèvera enfin de jeter le trouble sur la place réelle du numérique dans la stratégie gouvernementale globale… et en fait dans la stratégie France tout court.

Le besoin est cela dit peut être de davantage détailler les aspects de ce secteur numérique : pour mieux lui donner corps au-delà des levées de fonds tonitruantes. Un exemple un seul, qui met à jour cette contradiction : si l’on évoque dernièrement un secteur digital ayant généré environ 35.000 postes en 2014, on ne peut pas dire qu’on les sente encore dans… les résultats globaux du chômage 2014, qui sont alarmants.

Est-ce à dire, comme je le pointais fin 2014, que le numérique ne créerait pas assez d’emplois par rapport à ce que l’on en détruit par ailleurs ? Et surtout par rapport à ce que l’on en attendrait ? Sujet sensible…

 

3 réflexions sur “La France, en proue ou… à la ramasse sur le numérique ?

  1. J ‘ ai toujours tendance à me méfié de pseudo experts infoutu de codé en PERL et de surcroît même pas capable d ‘ installé une distribution  » je te prend par la main « Ubutnu  » , les ministères ne savent pas de quoi ils parlent et utilise des buzzwords comme de vulgaire Youtuber à la Norman ou Cyprien , paradoxalement , le  » numérique  » avance dans les milieux dit autorisé , GNU/Linux n ‘a jamais étez aussi présent ,l’ Open source à vraiment le droit de cité en entreprise . Mais pour le grand public , cette masse informe , vulgaire et crétine , cela ce résume à l ‘ Apple watch ou au nouveau MacBook Air

    1. Oui Dark, la situation n’est pas uniforme… et il y a du bon, du mauvais partout, en toute chose. Maintenant une fois cela dit, il faut avancer (en entreprises comme ailleurs) pour faire travailler tout le monde ensemble. C’est sans doute cela le plus difficile à mettre en place.

  2. Mais , le numérique en entreprise , c ‘est au minimum depuis l ‘ Apple II voir le premier PC d ‘ IBM . voir les petits serveurs départementaux sous Windows NT 3.5 voir NT 4 , ou ce trouve la révolution ? le salarié enchaîné à son iPad ? moins productif devant un VT 100 relié à un VAX ? , c ‘est un non sens à la fois ergonomique et productiviste , certes des bureaux vide de tous papiers est un rève qui remonte au années 1960 , nous sommes encore sous le règne de concept qui commence à Mathusalem , donc soit les experts , anciens marketteux ce bougent pour sortir quelque chose de vraiment innovant , soit des geek vont reprendre les choses en mains et il y auras des dégâts .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s