Vis ma vie de… geek à concours

Cela fait deux ans que je suis la manifestation « Les 24h du Code » au Mans, et notamment plus cette année. Ca se passait fin janvier, et l’agence LeWeblab que je co-pilote, en était partenaire pour l’animation éditoriale et social media. Mais ce fut aussi pour moi l’occasion (une de plus) d’observer de plus près une caste toute particulière : le geek. Et qui plus est, le geek à concours.

Pour reprendre une formule désormais éculée sur les réseaux sociaux : qui sont-ils ? quels sont leurs réseaux ? Je ne sais pas si je pourrai répondre avec autant de précision à ces questions, mais je peux au moins livrer mes impressions. Quelques signaux forts vous sautent au visage…

pic salle geek

Vrai que tout d’abord, ça reste un univers masculin. La féminisation des écoles d’ingénieurs informatiques et des bidouilleurs du web est réelle, mais je trouve sa progression lente. Ca ne se voit pas tant que ça sur le terrain. De jeunes hommes donc, mais aussi du matos : bizarrement, j’ai vu peu de Mac au design raffiné dans ces lieux… Plutôt du bon vieux PC version maousse kosto : soit personnalisé, boosté, adapté au travail de codeur, développeur.

pic matos geekEt sur ces matériels, on a ses petits gadgets, ses petits trucs. A l’instar de ce jeune homme que je croise avec un harnachement digne d’un déménageur, mais qui est en fait purement adapté au « big PC », grosses tours avec gros disques durs et surtout gros aérateurs. Car qui connait un peu comment fonctionne un ordinateur, sait que le nerf de la guerre, c’est la ventilation des processeurs souvent sollicités.

Sans ça, ce sont de gros sacs de sport ou même des cartons, qu’on se trimbale en voiture ou via le train, donc pas très pratique. J’ai croisé une équipe ainsi, dans le parking de centre ville voisin (le concours se déroulait à la CCI, Place de la République), courant avec chacun un gros carton dans les mains, à bout de souffle… Car le seul ordinateur portable semble insuffisant dans un concours informatique. La tablette (pourtant très poussée par le marketing des fabricants) est inexistante dans cet univers. Le smartphone est présent, mais discret : il n’est clairement pas un outil de travail.

Installation et look : pratique

Quand ces gens équipés arrivent sur place, même réflexe à travers les équipes : on pose les sacs, cartons, caisses. Et on déballe rapidement, pour tout brancher tout aussi vite et s’installer sans plus de manière. Le principal étant d’avoir « du jus » (électricité) et du wifi, ou du web filaire facile à connecter. Le paper-board est la seule tolérance pour la bureautique classique, et le coin café, la base arrière des performers d’un week-end.

En salle, durant les épreuves, les geeks à concours sont souvent équipés de plusieurs écrans d’ordinateur : 2 écrans est un minimum, et tous les codeurs et webeux vous le diront, « c’est plus confortable ». Ce n’est pas du tout un travers « maître du monde », comme on pourrait le penser à tort, au premier coup d’oeil.

Côté apparence : sans tomber dans les clichés et déformations, il est vrai qu’on croise peu de costard-cravate ou de « chics garçons » versant trendy. Plutôt du sport-wear générique, ou bien du néo-bab’ un rien négligé, ou mieux encore du nerd très pratico-pratique façon « pas sorti des années collège » : ce que l’on voit par exemple dans l’excellent série « The IT Crowd« . Le tout n’est pas désagréable et fait juste se sentir « un peu vieux » quand on passe là en visiteur; comme si on retournait à l’école.

[NB :] photos tirées de mon compte Instagram personnel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s