Le Petit Journal découvre le CES de Vegas et la presse tech

Je passais hier sur « LPJ » sur Canal, après un énième ronflement sur la fin du Grand Journal… Plus rythmé, plus marrant, le Petit Journal n’en a pas moins ses travers télévisuels. Comme les reportages « envoyé spécial » de Martin Weill. Le jeune journaliste au look de lycéen (27 ans et déjà sa bio Wikipedia) n’est pas désagréable en soi : une sorte de Tintin reporter d’apparence jouvencelle mais avec un regard, un « oeil » comme on dit. En tout cas une intention de « se la jouer » sérieux au possible. Genre : « on va pas faire comme les autres nous », et « on est des vrais journalistes ».

pic CES LPJHier donc, frustré de ne pouvoir aller faire un tour à Cuba (depuis la « normalisation » de ses relations avec les USA), M. Weill s’est replié à Las Vegas durant le fameux CES 2015. Et là, ça part mal dès les premières secondes du sujet. Martin nous la joue « présentation généraliste », comme si le CES venait de naître ou presque (et toute la presse informatique avec) hier. Et surtout comme si c’était vraiment le seul endroit au monde qui détermine les tendances des produits high tech et internet du futur… (voir plus bas)

pic CES LPJ 2Seule bonne accroche audacieuse : celle de questionner les présences « sponsorisées » des journalistes sur ce type de salon. Mais là encore Martin, ça ne date pas d’hier ! Mon parcours en presse tech (2000-2008), puis au-delà via les blogs (2003 à aujourd’hui) m’a permis de vérifier sur le terrain quelques fondamentaux du métier :

  • le CES n’est pas seul : les conventions internationales de grands de l’informatique sont légions (Microsoft Ignite, Google I/O, Apple Keynotes, Samsung Devcon… pour ne citer que les plus connues. Qui sont doublés de conférence dites de « presse pro » comme les SAPPhire (de SAP), IBM events, DreamForce (de Salesforce), etc, etc. De grandes conférences « généralistes » existent aussi : je citerai juste l’allemand CeBIT, le français LeWeb, et dans une moindre mesure le DigiWorld (Idate), Laval Virtual, etc.
  • les journalistes ne sont plus seuls : voire même en… disparition. La presse high tech est une de celles que j’ai personnellement vu la plus secouée par la crise des médias. Désormais, on parle plus de blogueurs, influenceurs et autres « zozos » en ligne que des salons comme le CES recherchent ardemment. Ils sont devenus des médias à part entière : comme l’Américain Robert Scoble (en version spécialiste sérieux), ou le français Cyprien (en version youtuber et déconne, d’ailleurs épinglé à ce sujet).

Dans le « grand temps » où ce secteur brassait les millions, et la presse informatique les pages de pub, j’ai même connu des journalistes (plutôt des indépendants) passer leur temps à caser dans leur planning des rdv de ce type, qui finissent par devenir un full time job et un loisir mixés : « lundi à San Francisco, mercredi à Berlin et le week-end en Grèce » (!) Et ce sans compter les dizaines de « micro events », qui sont autant d’invitations prestigieuses dont raffole la presse parisienne : petit déj’ chez Ladurée, déj’ de presse dans les grands restaurants, soirées ici ou là, etc, etc.

Un vécu à Las Vegas

pic CAWorldPersonnellement, le plus gros event que j’ai connu c’était le CAWorld de l’américain Computer Associates (CA), se tenant à Orlando, San Francisco ou Las Vegas tous les ans. On partait en délégation d’une vingtaine de journalistes (et analystes) français, en poste et indépendants : des petits titres (Logiciels et Services), des plus gros (O1), comme des « bigs » (Le Figaro, Les Echos). Une vraie école de réseautage, à l’heure d’avant les réseaux sociaux.

L’édition 2001 (je travaillais alors pour le CXP et un magazine pro), nous avait amené à Orlando (Floride). L’édition de 2004 (j’étais devenu pigiste en presse éco) nous avait logé au Caesar Palace de Vegas, avec de nombreux « à côté » durant 3/4 jours sur place : outres les « keynotes », des soirées restau, verres ici ou là et même une sortie « détente » dans le désert du Nevada, avec voitures louées pour nous ! C’était une vraie « boucherie » et de mémoire, l’éditeur de logiciel invitait ainsi quelques 160 délégations de journalistes étrangers, de tout horizon, tous frais payés. Un vrai business, qui continue et même avec des outils de com’ assez audacieux, comme une « lettre de justification » pour convaincre son boss de vous laisser y aller !

Pour revenir à Martin et au Petit Journal, Télérama le portraitisait en septembre dernier d’un définitif : « un simple baroudeur du Lonely Planet un peu égaré dans une zone de conflit, se renseignant auprès des passants pour ­savoir ce qui se passe. » Sévère, même si pas faux. Gageons qu’il saura faire mentir cela lors de ses prochaines journées CES à Vegas… pour oser gratter sur le secteur et ses paradoxes.

Advertisements

2 réflexions sur “Le Petit Journal découvre le CES de Vegas et la presse tech

  1. Hello
    pour ceux qui n’ont pas encore vu cette séquence elle est en replay sur le site de Canal : http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-petit-journal/pid7481-l-envoye-special.html?vid=1192922&sc_cmpid=TWShare je m’attendais à pire, en fait le côté « immersion » dans un monde de spécialistes par un journaliste candide peut parfois amener de bons résultats. Et là on a eu de la chance le journaliste soit tombé sur des personnes intéressantes (y compris le journaliste Chinois), même si lui ne leur rend pas forcément la pareille surtout avec la dernière startup française et son outil d’assistance à la marche, heureusement la jeune femme a précisé que c’était un prototype, mais ce que Martin Weill en aura retenu est vraiment le petit bout de la lorgnette. Bref hâte de voir la suite, dont un entretien avec Macron, bigre !

    1. Hello. Oui j’étais partagé aussi, même si globalement déçu. Le format est par défaut léger et ne peut que survoler le sujet. Reste à exploiter l’aspcet feuilleton et son côté « candide qui découvre », pouvant déboucher sur de bonnes surprises.
      Pour avoir déjà connu la situation, je pense que le pool de journalistes et blogueurs IT sur place, doit un peu le rencarder et le pister 😉 En tout cas je le lui souhaite. A voir ce soir la suite oui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s