David Lacombled, (enfin) croisé sur BeeNumerique

Marrant, mais tout en l’ayant croisé régulièrement, je n’avais en fait jamais encore assisté en direct à une conf’ ou un speech de David Lacombled : le directeur délégué à la strat’ des contenus chez Orange, et aussi président de l’IAB France. Manque réparé 😉 la semaine dernière, en finition du forum BeeNumerique, auquel je participais aussi au Mans. David faisait en effet un peu office de « star américaine », tout du moins parisienne, venu apporter en Sarthe la touche finale à ce salon du numérique tenu une journée entière.

D. Lacombled, durant son speech au Mans.
D. Lacombled, durant son speech au Mans.

La dernière fois que nous nous étions vus (outre le HubForum début octobre), c’était à peine croisés au cour des commissions du SPQR auquel j’émargeais alors. Autant dire, pas le temps d’approfondir et de se renifler… J’ai cette fois eu un peu plus le loisir d’approcher ce grand bonhomme (il doit mesurer dans les 1m95/2m à vue de nez), très simple et adepte de la p’tite blague ou du bon jeu de mot, même dans une conversation à trois ou quatre. J’adore ces facéties qui humanisent énormément les rapports au sein de secteurs forcément « importants et stratégiques » et tout ce qui va avec. Ouf, un peu de simplicité et d’à propos.

Je retiens deux choses des propos très pertinents de David, sur la forme et le fond.

  • sur la forme : j’ai pris une leçon de voir en effet un acteur en vue du monde digital faire son intervention… sans aucun support numérique. Ni slides, ni animations infographiques tournant derrière lui. Juste ses propos, et en sus débités sans aucune note écrite sous les yeux. Ce qui me rappelait aussi -dans un tout autre registre- le style de discours très punchy d’un patron de start-up : Tony Haile, de Chartbeat. Pour lui, pas besoin de slides : juste un écran montrant son logiciel tourner en temps réel. La classe !
  • sur le fond : David tenait finalement un propos très rationnel, très accessible, pour appréhender les nouvelles technologies et innovations numériques. Elles sont incontournables, énormes de promesses futures ok, mais ne sont aussi que… ce qu’on en fait. Exemple : si les parents lisent leur smartphone à table, comment faire passer à leurs enfants un message d’usage sage et mesuré ? Je partage tout à fait cet angle de vue. Le web, les réseaux sociaux… ne sont que des outils « pour faire des choses », et qui peuvent servir bien ou mal. N’en faisons pas une religion.

En finissant cette note, je vois que Stratégies lui avait consacré en avril dernier un portrait. Sous ce titre qui résume assez bien le personnage pour ce que j’en ai saisi : « David Lacombled, citoyen digital et homme de réseaux« . Un peu plus loin le journaliste le qualifie comme « un peu un poisson pilote dans le flux incessant du Web » : quelque chose de fluide et de réactif dans l’intention donc, dont je me reconnais bien tiens, à plus humble niveau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s