La journée type du journaliste en 2014 (partie 4)

header presse journauxComment se fabrique donc l’information en 2013, pardon en 2014 ? Vers quel avenir va le journalisme, la presse et les médias dans leur ensemble ? La course à la modernité connectée est-elle compatible avec l’exécution de la mission ? Poursuite de la plongée en apnée et en plusieurs épisodes crus et sans concessions. [rappel : toute ressemblance avec des situations vues, entendues ou vécues seraient purement fortuites et involontaires… etc, etc.]

Avant de lire ce qui suit, vous pouvez parfaitement consulter les épisodes 1, 2 et 3.

  • 13h20 : mail de la RH. Mon n+1 l’a prévenu de ma promotion, il faut que je monte fissa au 5ème la voir, pour « la mise à jour de mon contrat, t’inquiète pas, juste 2 à 3 détails à voir ensemble ». Elle est sympa Julie, la RH. Bon elle est très jeune, 26 ans je crois bien, et tout juste sortie d’école de commerce. Et on se demande tous comment elle arrive à gérer le bousin, à tout connaître des textes, des situations…
  • 13h30 : suis dans le bureau de Julie. Mais tiens, y’a sa boss pour une fois avec elle. C’est elle qui m’explique cordialement mais sèchement « les détails ». En fait je vais perdre ma carte de presse (merde pour les 7600 euros de défisc’) et aussi je vais « relativiser en tendance baissière la croissance de ma courbe de salaire, temporairement sur long terme ». Ah oui ? « Ben oui. En convention presse, vous étiez sur 13 mois + primes. Là en cadre business, vous passez à 12. Et selon l’indice indiciel, bon on va vous donner de quoi à compléter pour que ça fasse à peu près ce que vous gagniez avant, enfin presque ». Ah ok. « Et puis vous serez réévalué en fin de semestre par votre n+1 : il pourra alors vous augmenter. Sur résultats validés par n+1 bien sûr ».
  • 13h45 : je redescends à mon bur… pardon plateau avec mon nouveau contrat signé en mains, de 28 pages. Une drôle d’impression, un arrière goût de je ne sais pas quoi. Mais pas le temps d’y réfléchir, Paulo m’appelle déjà. Les journaleux se font une pause déj’ détendue : « 30 minutes, pas plus. A 14h15 y’a une AG de la Société des Journalistes et de la Sainte-Mère Rédaction. T’as pas reçu l’invite ? »
  • 13h45-14h15 : on mange chez un asiat’, Ming-l’Info, c’est rapide et pas cher. Avec un menu M2 on a juste 1 euros à rajouter sur le ticket resto. On se détend, on déconne, on vit quoi. « T’es sur Secret ou pas ? J’ai lu des posts qu’on dirait tout droit sorti de nos conf’ de rédac ». – « Ah non, je vois pas de quoi tu parles ». J’en profite pour prendre quelques clichés de fumeurs dehors, avec leurs e-cigarettes. Faut que je teste des sujets pour mon projet, enfin des « editorial proof of concept for branding deals » comme on dit en réunions.
  • 14h18 : on est en retard, l’AG a déjà commencé au niveau -3, près de la chaudière. C’est Manu qui a le micro : le « SR » ou « SE » du p’tit bureau au fond. On sait pas trop ce qu’il fait comme job, mais bon il a surtout du temps pour le syndicalisme quoi, à plus de 50 ans, c’est normal. Avec ses cheveux blancs frisés et ses p’tites lunettes rondes, on dirait un journaliste de Libé, enfin avant le plan social. Il est remonté purée. Entre les réseaux sociaux, nos articles à relire et des slides de prez à préparer sur mon smartphone, j’écoute d’une oreille distraite les coups de gueule corporatistes : « plan social à venir… », « journalisme de qualité menacé… », « dernier rempart de la Démocratie… ». Ca m’inspire ! J’enregistre sa voix rocailleuse sur SoundCloud et la mixe sur un beat electro de ma composition, très primaire. Je récup’ des images vidéos d’archives de la guerre mondiale, je mixe le tout et je republie mon nouveau clip vidéo sur Youtube, sous pseudo DJPress. Titre de la chanson : « Time is Dead ». Déjà 600 vues en 3 minutes.
  • 14h28 : j’sais pas comment, on me passe le micro pour causer en AG. Je dois « parler pour le compte des jeunes recrues journalistes. c’est quoi mes rêves, mes attentes dans cette boîte, ma vision de l’éthique demain ». – « Ahem… en fait heu… là j’suis plus journaliste longtemps, je viens de signer un truc… enfin un contrat annexé et revu, je passe business manager… ». Silence lourd dans la salle, regards vide. « Vous comprenez le digital là… enfin le business development… voilà, c’est notre futur ». Je repasse le micro à Paulo qui me sauve la mise, en lançant le débat sur les augmentations de fin d’année et le choix du resto pour le repas de Noël. Ouf !
  • 14h40 : Manu le SR syndicaliste s’enflamme sur « mon cas emblématique » selon lui de « la pression intolérable subie par la corporation journalistique, vendue aux puissances du marketing et de l’argent »… Ca devient lourd là, on s’arrache discretos. Les journaleux print, ça peut faire des longues pauses et des combats. Mais nous sur le web, on attend pas, c’est du « real time informing », du « time-to-market communication ».
  • 14h45 : Des techniciens sont debout sur nos tables, qu’ils cradoquent à la suie urbaine. Ils percent dans le plafond pour installer de nouveaux écrans. L’adjoint du DSI est à côté, plans en mains, mesureur laser en action. « On vous a pas prévenu ? C’est le DG qui veut installer dans toutes les rédac’ un tableau de bord de 4ème génération sur écrans incurvés HD ». – « Mais on a déjà nos metrics, nos dashboards… » – « Ouais ? Ben en fait c’est un cop… un associé du DG qui a monté sa start-up après un projet d’outplacement renforcé. Un ancien journaliste reconverti en Sherpa of The Boards & Prime Conceptor of New. Vous verrez, c’est génial, ça calcule tout en tendances et % toute la journée. Même pour vous conseiller les meilleures expressions à dire selon l’heure et la température du moment ». Ils en ont pour 30 minutes encore.
  • 14h50 : je cloppe en bas et lis mes mails pour m’occuper. Tiens j’avais pas vu cette invite parmi mes 7000 mails reçus ce matin. Mais y’a une conf’ de presse juste à côté, pardon un « workshop d’influenceurs » sur le lancement de la nouvelle émission de télé-réalité de M16, la p’tite chaîne qui envoie l’artillerie lourde. C’est dans un grand hôtel, avec un peu de chance y’aura des cadeaux et de la bonne bouffe gratos. Et ça fait une éternité que je suis pas allé en reportage terrain, en prenant des risques.
  • 15h : le métro était bondé, me suis évadé avec SoundCloud à fond. J’arrive dans la salle de conférence, nimbée de spots bleu fluo. Magalia, une RP, pardon « directrice conseil en stratégie d’influences digitales connectées » m’aborde avec la hanche chaloupée et le jean ultra slim. « Oh comment tu vas ? T’as eu l’invite, t’es connecté avec tes friends, tu peux partager avec ta communauté en live, n’hésite pas si t’as besoin de data facts, d’anim’ 3D ou d’un webdoc infomercial, hihihi ? ». Je la snobe car : 1/ j’aime pas qu’on me tutoie direct en me caressant la nuque; 2/ leur réseau wifi est tout pourri, c’est un scandale. Je balance un post rageur sur Secret !
  • 15h15 : le DJ a fini son set, la musique electro lounge baisse. De toute façon j’avais gardé mes écouteurs perso, ça fait style. Michaël Wingold, CEO de GunProd, producteur de l’émission déboule sur la scène, oreillette et tablette en main. « I’m so proud to be here tonight in Paris… and to be happy father of 3 ». Le hashtag est affiché à l’écran et clignote : #GunProdIsGood. Magalia RT et like à fond la moindre de mes photos des macarons offerts en amuse bouche; en DM elle me chauffe un peu la garce, en me demandant en anglais « tu connais les soirées LickMeImAnonymous ? J’ai deux invites pour demain, si tu veux venir crowd-sourcer le workshop de kick-off. Y’aura des influenceurs comme toi ».
  • 15h20 : je préviens par Facebook Messeng le CM à la rédac’ pour qu’il re-embed mon live-tweet de la conf’, dans un écran Storify sans oublier de faire une entrée site pour secouer l’analytics (en baisse sur les 2 dernières heures, j’ai reçu une alerte), et un header promo pour la une du site, renvoyant au blog collectif sur le thème (tenu par des anciens journalistes en reconversion). A ce moment, je me rends compte que papa ou maman ne comprendraient rien à ce que je viens de dire. Zap. Sur Ello, je viens de recevoir une citation : la première du genre depuis 15 jours. C’est celle de Brian, un « Business Design Futurist of Tomorrow » de Boston. Il a aimé mon avatar qu’il trouve « so vintage & talking to our childhood side ». J’ai mis une image de Captain Igloo. Sa remarque me fait penser à une idée de sujet pour mon futur site : « la cigarette est-elle vintage ? ». J’envoie l’idée par Hangout à un gars qui nous demande un stage depuis trois semaine : je vais le tester là-dessus en lui disant que ça motivera ma décision. Si c’est bon, je lui demande un second projet à me gratter. Si c’est nul, je zappe. J’ai vu le chef faire ainsi.
  • 15h25 : Retour à GunProd on stage qui se dit « révolutionnaire mais cool. Nous lançons l’émission de demain, la télé du futur. LiveMachine : la télé-réalité irréelle, totalement basée sur des personnages 3D immersifs et responsive. Mais il faudra voter via une SocialTV-Platform de 2ème génération, pour permettre de les faire évoluer, de les changer, de les sociabiliser ». Moi qui questionne, audacieux et aimant le danger comme toujours : « Heu en fait, c’est une sorte de Sims à la téloche et sur réseaux sociaux ? ». Wingold regarde alors son staff, qui le regarde en retour. Ca dure des secondes, une éternité : « I will let our Marketing Ad. Manager answer to this local question out of the main project of today, thank you, warm regards ».
  • 15h30 : on s’achemine vers la fin. M. Wingold est aux anges et en sueur au niveau frontal : « Don’t forget guys & tell your networks, friends and family : GunProdIsGood ! » Je pars plus tôt pour choper 2 cadeaux au lieu d’un : Magalia m’a a la bonne depuis qu’elle a vu qu’en me retweetant, son Klout a pris 2 points en 1 heure. Deux iPhone6 donc, pour nous « aider à mieux participer à la communauté LiveMachine, hashtag #LiveMachineIsCoolAndGundProdIsGood ». J’ai déjà balancé la fiche produit sur le BonCoin, pour me faire un peu de thunes. Ca compensera le salaire de ma promotion.
  • 15h35 : légère bruine dehors, métro Bourse, humeur hors du temps. Je me selfie avec une légende mystérieuse et légèrement RH centric & personal brandind optimized. « Today still on a press rdv, tomorrow on big new challenges ». Sur LinkedIn, je mets une version plus neutre du message : « Mon CV est sur ce lien. Et vous, vous avez un CV ? ». Ce reportage, peut être le dernier de ma carrière journalistique, m’a littéralement épuisé de par son intensité éditoriale. Et puis repartir avec plein de paquets (macarons qui restaient, cadeaux…), c’est nul, ça gène pour tenir son smartphone et continuer à modérer les inputs sociaux du site. Il est temps de rentrer à la rédaction bien chauffée et moquettée.

(to be continued…)

2 réflexions sur “La journée type du journaliste en 2014 (partie 4)

  1. Tu me feras penser à te caresser la nuque la prochaine fois qu’on se croise, faut que je teste sur toi avant de généraliser ça en accueil conférence de presse, on sait jamais ça peut être mal interprété.
    Profites-en parce qu’en 2025 il y aura peut être à ma place à la borne d’accueil presse un robot Nao conseillé RPP (Relations Publics à la Performance), avec un script d’accueil en synthèse vocale : « désirez vous télécharger des photos de la conférence? », « avez vous une question pour nos porte-parole? », « qu’avez -vous pensé des petits fours? »;  » Sur une échelle de 1 à 10 à combien évaluez vous la réputation de notre entreprise sur le marché? Voulez vous le tweeter avec le hashtag #sociétéxxxroxxx ? » « Merci de signer l’accord de prêt long durée pour le test de notre produit, accord qui inclue l’interdiction de revente sur eBay ou le Bon coin dans les 12 mois suivant la date de signature, sous peine de poursuites pénales. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s