Premiers contacts avec #Contribuez sur le numérique

J’ai du m’y inscrire parmi les premiers, quand le dispositif a été diffusé sur les réseaux sociaux. Aussi est-ce sans doute pourquoi j’ai reçu par mail le 29 sept. dernier une invitation de Benoît Thieulin (patron du CNNum) pour le lancement officiel du dispositif, ce samedi 4 octobre matin. Invite débutant ainsi : « Vous avez été dans les 1000 premiers à vous inscrire sur la plateformecontribuez.cnnumerique.fr, vous serez donc les premiers (si vous cliquez plus vite que votre ombre) à contribuer à l’ambition numérique de la France ».

logo contribuez

Bon, organiser ça un samedi matin, pour un père (moi) ou une mère de famille vivant de surcroît en proche province… pas simple. L’événement ferait-il dans le select justement en choisissant cette case de bobo parisien type ? Je titille. Et espère que non, car l’idée d’une concertation sur les vastes questions du numérique, reste très bonne. En voici sa méthodo, expliquée en une vidéo :

thieulin picPourquoi est-ce une bonne idée ? Déjà, formellement, parce que B. Thieulin (photo ci-contre) s’en charge et que lui et sa team sont experts dans ce type de mécanique participative, qu’il a rodée à l’origine (personne ne s’en souvient) sur… la campagne présidentielle de Ségolène Royal en 2007. Et depuis, qu’il a su décliner pour quelques autres projets et causes. Là, c’est sans doute le plus dimensionné et le plus en phase avec son sujet : parler du numérique, sur… des supports numériques. Quoi de plus naturel en effet.

Sans doute aussi parce qu’on a jamais eu autant besoin de réunir les moult acteurs qui désormais portent le combat du développement d’internet à Paris et dans les régions. Il y a 6/7 ans c’était plus simple, il y avait moins d’acteurs et d’initiatives. Désormais, tout le monde fait du lab, du co-working, du développement de start-ups, du cluster on en passe et des meilleurs… C’est dire si cela peut paraître parfois une jolie pagaille et une formidable perte d’énergie.

axelle lemaire avatarJe ne serai donc pas sur la photo de famille demain, à Numa, aux côtés d’Axelle Lemaire (la sec. d’Etat au numérique) et de son grand patron (!). Oui, vous avez bien lu, le premier ministre Manuel Valls est attendu à Numa demain matin. C’est en tout cas ce que dit mon invitation par mail. Un discours sera sans doute à la clé. Voici pour les festivités et mondanités qui devraient bien occuper les m2 et étages de Numa. Mais je participerai dès que le dispositif sera « allumé », pour apporter quelques idées et convictions que je porte depuis un moment.

Au fond, qu’aurai-je eu à lui dire à Manuel Valls, si j’avais disposé d’une poignée de main et de quelques secondes d’échange en pitch elevator avec lui dans un couloir ? Peut être ces quelques points, que j’énonce en reprenant les simples thèmes du programme #Contribuez tel que connu à date :

  • sur la croissance et l’innovation : pour moi, tout faire pour construire, pixel par pixel s’il le faut, des champions nationaux du secteur numérique. Méthode ? Repérer déjà 1 champion régional innovant dans chaque région et un seul, pas un de plus. Puis le pousser, le développer, lui faire franchir les next steps, y mettre pour cela tous les moyens. Ces champions serviront forcément de locomotive au sein de leur écosystème.
  • la loyauté dans l’environnement numérique : elle passe à mon sens par une « éducation civique numérique » à créer dès l’école mais à poursuivre tout au long des cursus de formation. Car après, cela pèsera dans les consciences des jeunes devenus travailleurs du numérique… Et pour y arriver, il faut donc en amont mieux former les profs sur le numérique. Croyez-moi, moi qui suis marié à une enseignante, je peux vous dire qu’il y a du boulot !
  • la transformation numérique de l’action publique : là, pfiou, y’a du boulot aussi ! Je pense qu’il faut attaquer par le plus petit dénominateur commun, qui aura vertu d’exemple. S’assurer que chaque agent de l’Etat ait un mail perso (suis sûr que ça n’est pas le cas), qu’il ait reçu une formation de base aux réseaux sociaux et au digital. J’ajouterai d’initier une grande réforme des systèmes d’information étatiques : lourds, coûteux, pas toujours évolutifs… il est temps de faire table rase et se mettre au niveau de l’époque.
  • la société et la métamorphose numérique : là aussi, plus de formation devrait servir à faire mieux passer la pilule. Peut être aussi provoquer en régions, partout où ça fait sens, des « journées des usages et solutions » : où l’on confronterait des besoins de la population non-couverts, avec des solutions digitales inédites, présentes dans les entreprises de leur région, pour les faire matcher et se connaître. Et le tout en priorisant sur les sujets d’urgence : type santé et environnement.

Voilà ce ne sont que quelques pistes sommaires, et vite amenées en prime. Mais je ferai en sorte de davantage développer mes arguments au fil du process qui est proposé par cette concertation. Je ferai en sorte d’y associer aussi la structure du WebLab que je co-pilote, afin de s’appuyer sur la vision d’une agence de terrain, en prise avec le sujet numérique auprès des entreprises et travailleurs.

Pour prolonger : relire quelques autres notes où j’ai abordé cette thématique sous différents angles.

F. Hollande, la France et le secteur numérique : com’ et lobbying assumés (LePlus)

LeWebLab est frenchtech, pourquoi comment (LWL Solutions)

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s