Ruaudin : la bataille des municipales, soudain 2.0

ruaudin 2.0Tout le monde connait le pataquès ruaudinois. Il perturbe la vie de la petite commune du sud de l’agglomération du Mans (où je vis) depuis quelques temps. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est un simple constat : la gueguerre municipale le renvoie à l’inconnue financière, qui renvoie à un climat tendu… Je ne m’étendrai pas là-dessus.

La vraie nouveauté de la campagne des municipales 2014, c’est la dimension 2.0 ! Autrement dit l’arrivée sur les réseaux sociaux en ligne des candidats et du débat démocratique. Tout se passe un peu comme si Ruaudin s’était emballé entre les 12 et 20 février derniers, à la fois sur Twitter et Facebook. Pour aider à la compréhension du sujet et de ses enjeux, je vais vous en donner les étapes principales telles que je les ai notées.

Trois équipes, trois approches différentes du 2.0

A Ruaudin, le premier candidat à avoir ouvert la voie du 2.0 est Samuel Chevallier : sa campagne est axée dès le début sur l’animation d’une page Facebook « Vivre Ensemble à Ruaudin« , créé le 24 janvier dernier et forte de plus de 66 likes. Le candidat utilise aussi pour sa campagne son compte Twitter personnel : @schevallier, et ses 480 followers; compte qu’il a créé d’ailleurs depuis décembre 2009. Il y utilise un hashtag pas apparu de suite : #VEàR. Et depuis hier dimanche, il a ajouté aussi un plus tonique #GoRuaudin dans ses tweets.

liste VEàR

C’est d’ailleurs sur Twitter et via la presse que sa candidature envers la commune de Ruaudin a été la première fois connu publiquement en octobre 2013.

A noter qu’il dispose aussi d’un profil sur LinkedIn et sur Viadeo, les deux réseaux sociaux « pro ». Actif et réactif sur les réseaux, il déclarait d’ailleurs en 2013 au Journal des Entreprises : « Ça m’intéresse, on y est acteur de sa communication et on peut entrer en relation directe avec ses contacts« . Certains de ses co-listiers ont rejoint depuis lors Twitter (@cahel, @oliviercalut, etc.), mais en ont un usage plus sommaire. L’ensemble de l’informatique et du 2.0 est géré directement par la tête de liste, aidé de Benjamin Cholet (25 ans) dans son équipe.

Un cran en-dessous, on trouve la liste du maire sortant « Unis pour l’avenir de Ruaudin ». Stratégie en effet assez similaire ici dans le nombre d’écrans utilisés, mais avec moins d’antériorité : la page Facebook date du 12 février dernier avec 28 likes, et le compte Twitter @AvenirRuaudin, n’a été créé que le 14 février et réunit 30 followers. Son hashtag de reconnaissance est #UPAR, mais le compte ne porte pas mention du nom de la tête de liste dans sa baseline!

liste UPAR

Grande discrétion 2.0 de A. Delafoy : le maire sortant n’a pas non plus de compte Twitter à titre personnel, ni de page LinkedIn ou Viadeo. L’ensemble du dispositif semble sinon géré du moins avoir été accompagné à ses débuts par « Julien Oifop », alias… Julien Delafoy voit-on indiqué sur Facebook. Il est aussi le compte Twitter @JoyauFendille, comme nous le verrons plus loin.

[MaJ 10/03:] la liste A. Delafoy s’est dotée depuis le 26 février d’un Tumblr, sorte de blog allégé, notamment usité par les internautes pour diffuser des contenus visuels en complément de leurs autres comptes sociaux. Un choix judicieux pour un dispositif de campagne, qui par essence doit être réactif mais aussi « poser » des contenus sur le web. Le maire sortant s’en est par exemple servi pour re-diffuser des copies numériques d’articles de presse, sur le thème polémique des finances de la commune.

Enfin la troisième liste aux municipales dite « Union démocratique pour la défense des intérêts des Ruaudinois », celle de Roger-Dominique Parmé, n’est présente ni sur Facebook ni sur Twitter, ni sur d’autres réseaux sociaux. Une nette discrétion web, même si le candidat s’est en fait tôt déclaré en juin 2013 (cf Ouest-France) dans la course à la mairie.

liste EAR

[MaJ 10/03] : cette troisième liste s’est elle dotée depuis le 15 février d’un blog de campagne, installé sur la plateforme EklaBlog, fort de quelques notes et d’un compteur de visites et interactions disposé en page d’accueil. Ambiance très verte là aussi !

Compréhension du web

Point commun à ces 3 listes : elles n’avaient pas de page, site ou blog spécifique sur internet il y a encore peu. Du coup lorsqu’on « googlise » chaque candidat, on remonte principalement à des articles de presse ou contenus datés sans forcément de rapport aux Municipales 2014. Pas dramatique mais un peu gênant pour accéder rapidement, et sans devoir aller dans un réseau social, aux propositions et idées de chacun.

Constat : les usages des réseaux sociaux sont ici tout récents voire opportunistes par rapport aux élections municipales et la nécessité de « paraître moderne » et dans le vent. A une seule exception notable, les comptes Twitter sont assez sommairement mis en ligne (pas forcément de photo, de fond visuel, ou de tweet écrit pour certains). Rien d’anormal dans un contexte local (pour une commune de 3500 habitants), ni de jugement péjoratif de ma part. Mais c’est néanmoins interpellant quant à la compréhension des enjeux numériques économiques, et la maîtrise des canaux de communication modernes.

Une commune jusqu’ici pas très 2.0

header ruaudin.frCette communication balbutiante sur le web social, n’est pas étonnante si on observe un peu l’existence numérique antérieure de la commune. Le site internet Ruaudin.fr est certes vert et sympa mais… est dépourvu à date de comptes sociaux ou interface participative. La page de présentation des élus est //platform.twitter.com/widgets.js » target= »_blank »>un simple PDF, sans mention des coordonnées et mail directs des élus… Ruaudin ne fait là certes ni mieux ni moins que les autres communes entourant le Mans, mais c’est cependant problématique pour développer économiquement une ville aujourd’hui. Et puis Le Mans est la référence 2.0 que l’on sait, avec vraie approche qualitative… son voisinage eut donc pu être plus fructueux.

Le Mans est une chose, mais des exemples vertueux existent à taille comparable, ailleurs : ainsi les communes de Vitry-sur-Orne (Moselle, 2370 habitants); Thizy (Rhône, 2500 hab.); Salaise-sur-Sanne (Isère, 4132 hab.) ont des interfaces de contact web plus élaborées et plus pratiques pour les concitoyens et partenaires.

Je boucle cette courte visite sur le web : sur Wikipédia, la note Ruaudin créée en 2005 (tout de même en rang 2 dans les résultats de recherche Google), est encore en statut « d’ébauche »… 9 ans plus tard. Il faut avouer que la plupart des communes jouxtant le Mans sont dans cette situation. Au moins, notons-le, la page de Ruaudin dispose d’une photo illustrative. En revanche, sur cette photo on y montre… un rond-point ! Comme message sur le patrimoine de la commune ou pour donner l’envie d’y rester, on fait mieux.

Cette faible présence 2.0 de la commune est d’autant plus surprenante, quand l’on sait que nombre de ses riveraines et riverains sont des nomades professionnels quotidiens, travaillant au Mans ou sur Paris, et ont donc besoin de lien avec leur lieu de résidence. Une donnée socio-démographique qui n’aurait pas du échapper à nos édiles… et qu’il faudra intégrer à l’avenir.

Un débat qui s’anime

De fait, l’usage des réseaux sociaux dans l’émergence du débat démocratique des municipales, est pour l’heure naissant à Ruaudin. La liste Chevallier se montre certes la plus mature sur le 2.0, notamment à travers son compte Facebook, mais c’est essentiellement sa tête de liste qui en porte le crédit et tire l’ensemble.

De « petites choses » se passent, avec un impact modéré pour l’heure. Il faut noter par exemple la naissance la semaine dernière d’un compte « citoyen » sur Twitter : @RuaudinAutremen, qui ne présente pas de liste aux Municipales mais entend peser sur le débat. Envergure : 16 abonnés pour l’heure.

La « tension » due à l’historique de la situation communale, commence aussi à se ressentir subtilement entre les lignes. Par un tweet du 15 février dernier, S. Chevallier rappelait au maire sortant une règle de bon sens sur l’usage de l’étiquette « mairie » en campagne sur le web. Correction immédiate de la liste interpellée, sous une forme détendue, c’est à souligner :

La courtoisie tient lieu de norme donc ? Le « roulage de mécanique » ne tarde pas à poindre son nez le 21 février, concernant l’attraction du public aux réunions. Le hasard (?) du calendrier a en effet placé deux réunions publiques en même temps, le même soir (excellente coordination des agendas !), ce qui donne sur Twitter un peu de ping-pong sur la « métrique » :

Un tweet suivi quelques instant plus tard par :

Mais il faut attendre le lendemain pour avoir un peu de précision sur le contexte de la réunion d’UPAR. C’est @RuaudinAutremen qui lâche l’info dans un tweet, indiquant : « Encore hélas du spectacle hier soir a la salle polyvalente de ruaudin pour la réunion du maire Cela ne présage rien de bon pour notre avenir« . Pas de « live-tweet » ni de commentaire post-réunion sur le compte @AvenirRuaudin pour s’en expliquer… Les réseaux sociaux sont le royaume du zapping !

Enfin, depuis la semaine dernière, des comptes Twitter de particuliers entrent dans la danse des débats : le mien bien sûr (@ldupin), ayant décidé de m’intéresser de près à cette campagne, notamment sur les problématiques numériques. Mais aussi le compte @JoyeuFendille (ES_Poire, soit Julien Delafoy) : il intervient de temps en temps, pour recadrer dans le débat comme « Demandez aux autres communes au niveau de la gestion et des finances Ruaudin n’est pas a plaindre !« . C’est encore @Pascal_LeMans (Pascal Malon), etc.

Cela dit, si l’on s’en réfère (avec précautions d’usage) au calcul d’influence des comptes sociaux de cette municipale ruaudinoise 2014, on est encore loin d’un phénomène de foule… Klout ou Topsy n’ont pas pour l’heure répertorié les comptes Twitter cités précédemment. Alors mesdames, messieurs nos potentiels futurs élus, il va donc falloir tweeter, liker, partager davantage et mieux ! Et peut être déjà apprendre humblement… à s’en servir réellement.

[Pour prolonger :] le web social est passé dans les moeurs politiques en France dès la campagne présidentielle 2007 : ce avec innovation, notamment Ségolène Royal, dont les outils 2.0 font encore référence. Mais aussi avec retenue, comme on a pu le voir avec le président Hollande ou dans un « gentil bordel » comme lors de son voyage aux USA.

[MAJ 26/02 :] hier mercredi 26 février, une 4ème liste autour de Philippe Lisembart, s’est déclarée sur Ruaudin. Quant à sa présence sur les réseaux sociaux, elle reste pour l’heure très mesurée à l’instar de R-D Parmé … La tête de liste est bien sur Viadeo, et on le croise aussi sur Copains d’Avant, et donc sur le JDN Réseau. Mais pour l’heure pas de présence sociale en ligne directement liée à sa liste. Enfin, de sa « googlisation » ressort la fameuse vidéo du « clash au conseil municipal » sur le réseau Youtube.

4 réflexions sur “Ruaudin : la bataille des municipales, soudain 2.0

  1. Bon résumé de la situation !
    J’ai fait un tour des pages FB et compte Twitter, c’est plutôt amusant d’un point de vue extérieur à la commune…
    Par contre, je trouve la page FB de la liste UPAR plutôt sympa graphiquement (par rapport à ,votre remarque).

  2. Bonjour, votre analyse est très complète, et aussi très « dans le vent »… En effet, je reste perplexe quand des gens, pour se faite élire par exemple, utilisent des réseaux « fermés » tels que Twitter, Facebook ou autres pour communiquer(?). Pour moi, cela reste dans le domaine de « l’entre-soi ».
    Qu’en pensez-vous ?

    1. Hello Papycoup. Tout dépend de l’usage et de son réseau. Mais ils ne sont plus si fermés que cela😉 Ne serait-ce que parce qu’ils réunissent du monde (inscrits dessus) et qu’ils servent de caisse de résonance. Par exemple dans les médias « classiques » (presse, radio, tv…) qui les reprennent régulièrement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s