La journée type du journaliste en 2013 (partie 3)

journée type du journaliste sur le webComment se fabrique l’information en 2013 ? Vers quel avenir va le journalisme, la presse et les médias dans leur ensemble ? Suite de la plongée en apnée que je vous propose, en plusieurs épisodes. [rappel : toute ressemblance avec des situations vues, entendues ou vécues seraient purement fortuites et involontaires et… etc, etc.]

[…]

La mi matinée est passée et a déjà été intense à livrer dans ses phases 1 et 2. Il faudrait en parler à quelqu’un, c’est vrai, me confier et prendre un peu de recul. Mais qui écouterait les jérémiades d’un jeune scribouillard en ligne qui n’est « jamais assez productif » a dit mon dernier bilan d’évaluation. Il vaut mieux continuer cette journée, qu’elle se termine vite si je peux…

  • 10h15 : l’adrénaline du live vidéo sur Justin n’est déjà plus qu’un souvenir, alors que je prenais 5 minutes de pause clope sur le toit de l’immeuble, pour souffler un peu. J’ai posté une picture de ma clope en gros plan sur Instagram : avec un filtre stylée sepia et un angle de biais, j’ai des chances de faire un carton sur le tag #Instamood, voire même d’être repris sur le blog de Curt Cashman : le pape de la photo cool en UK.
  • 10h20 : je redescends à mon bureau, pardon mon box sur le plateau serré où on est à 6, pardon la « newroom » comme l’appelle le directeur de la rédaction (la fonction a été conservée, car ça fait prestigieux et c’est lui qu’on invite dans les ministères). Il y ont mis 2,5 millions d’euros ces nouilles, il paraît, pour mettre 5 rangées de table en étoile et 3 grands écrans plats au milieu où on suit tout (chaînes info, stats, tweets…). La boîte d’installateurs a mis 2 mois au lieu de 2 jours pour que tout soit bien connecté et fonctionnel.
  • 10h30 : le temps de checker mes réseaux et les commentaires sur mes entrées web du jour, le business site manager déboule déjà pour un nouveau morning brief. Il est écarlate et les mains plein de dossiers, tout en gardant l’écouteur de son iPhone dans l’oreille. « C’est pas bon les gars, mais pas bon du tout. On chute sur l’Analytics, nos RT et nos likes sont insuffisants. Va falloir aider un peu notre community manager ! ». Il jette ses dossiers sur une chaise et sort son iPad maintenant, pour checker ses rendez-vous.
  • 10h45 : Julien et Sandra sont passés, c’est à mon tour d’aller parler au CM, le pauvre. Il est encore stagiaire ici, pour la 3ème fois consécutive. D’abord dans l’équipe pub, ensuite au marketing et enfin à la gestion des communautés. On trouvait personne pour le poste, vu qu’il n’y a pas de budget. Notre constat est partagé : il ne sait pas ce qu’on écrit, et on ne suit jamais ce qu’il dit lui. Il me confie, hyper énervé, qu’il s’est fait convoquer à la RH vendredi dernier. On lui a dit de calmer ses tweets et pokes trop cools et mal orthographiés, pour diffuser plutôt des messages promotionnels pour vendre nos abonnements de contenus, qui ont du mal à décoller. L’équipe de relation client a en effet refusé de le faire, car elle est débordée il paraît. Elle bosse aussi il est vrai pour la filiale de ventes de DVD à distance, qui prend le bouillon…
  • 10h55 : j’investis 5 minutes pour répondre aux ados qui continuent à poster des questions débiles sur Justin Timberlake, notre sujet fort de ce matin. Pour les calmer, je leur balance en short links quelques extraits de la dernière vidéo sexy du chanteur. Et je questionne, en anglais (ça fait plus cool) : « would you like to play in this video ? which character ? ». S’ils répondent des trucs marrants, ça me fera une idée de papier magazine marrante pour le week-end…
  • 11h : à propos d’abonnement, les mauvais chiffres d’audience bougent aussi le directeur marketing et son assistant. Il a jamais pu encadrer notre site manager : lui a fait Sup’ de Co, et le nôtre HEC… Il a sollicité un point avec la rédaction pour mieux « qu’on l’aide à nous aider » comme il dit, et aussi pour « optimiser nos convergences ». Pff… je lis mes sources anglophones pendant la réunion, et les pushe sur mon Scoopit. Comme je l’ai embeddé dans mon blog perso, ça va faire des mises à jour faciles. Waouh ! Wired a réussi à interviewer le futur réalisateur de la suite des Star Wars !
  • 11h07 : pour faire le malin, je balance mon constat que ma photo de clope a fait beaucoup commenter les internautes sur… les cigarettes électroniques. C’est sociétal, c’est profond, on devrait y réfléchir  faire une enquête, ou au moins je sais pas une émission en live-tweet là-dessus. « Regardez, il faut voir l’avenir. Quand on sera arrivée à l’époque de Star Wars, on ne fumera plus c’est sûr ». Le dir’ marketing est aux anges et rebondit : « c’est tendance ça, c’est pur high tech ! on va faire un bundle commercial en montant un deal avec le site Overcloping.com ». On s’est compris qu’il ajoute, en regardant vers notre site manager.
  • 11h30 : le dir’ marketing et mon manager sont en réunion one-2-one depuis 10 minutes maintenant. Ils ressortent du bureau en trombe et me tombent dessus : « on te nomme chef de projet sur le coup. Tu nous montes une rubrique dédiée « cigarettes et life style high tech », tu développes une plateforme de blogs pour faire témoigner les users et grossir les pages vues. Et tu ouvres un Twitter spécial, marrant et en phase. Un truc avec ton Star Wars là, d’genre cigarettes laser qui s’allument comme des sabres. C’est ok ? Faut que ce soit prêt pour la semaine prochaine, stp ».
  • 11h40 : petit check sur Google actus, Webmaster tools et aussi Chartbeat… je cherche d’autres sujets « in » et porteurs pour finir ma journée. J’ai normalement encore 3 news, 5 brèves, 1 note de blog et 1 galerie photos à faire d’ici ce soir, sans oublier mon tableau de stats à remplir. Hum… une explosion dans une usine de préservatif en Asie, ça fera l’affaire pour placer plein de balises SEO. Pfff… pour les brèves je tape « Google », puis « Amazon » et « Apple », y’aura forcément un truc qui va se passer chez eux. Sinon, au finish je me referai les grandes boites US Coca, Nike, Ford… Au pire, je sors dans la rue et je shoote au smartphone tout ce qui se passe dehors : c’est la rentrée, il doit y avoir des bizuts des grandes écoles qui vendent du PQ déguisé en sacs poubelles. Ca ferait de chouettes galeries, pour le buzz sur Facebook. Notre CM sera content.
  • 11h45 : j’étais à peine en train de commencer à écrire un article sur les e-cigarettes, pour vérifier un peu nos propos et l’audience potentielle, que le DSI est descendu de son étage avec une idée complémentaire à me soumettre. Lancer une appli mobile « MyClope2.0 », pour tester et réparer ses cigarettes électroniques. Ils voudraient savoir comment récupérer des flux et widgets de l’éditorial, pour monter son prototype avec ses gars. On lui a dit que j’étais le key user et expert référent sur ce projet. Il me demande si je peux former des informaticiens aux réseaux sociaux : « pas longtemps, juste pour qu’ils comprennent ce que c’est, car c’est pas bien sorcier hein, c’est comme les forums dans le temps ».
  • 12h00 : je reçois un mail de mon site manager, qui me demande de l’accompagner au Comité Editorial/Business de ce jour, car le projet doit être présenté directement à la DG et notre actionnaire anglais. Il me confie 15 slides à faire, avec une projection budgétaire à cadrer avec les développeurs de la DSI. Je dois aussi ouvrir un faux compte Twitter avec des conversations simulées, pour voir ce que cela pourrait donner et si du business est possible.
  • 12h30 : on arrive en salle de comité, et je n’ai plus qu’à brancher la clé USB de ma prez sur l’ordi portable de service. Mon manager a relu les slides juste avant, pour les améliorer, et parle à ma place pour les présenter, juste après le dir’ marketing. C’est préférable : « Tu comprends, il vaut mieux que ça vienne de moi, ils sont assez susceptibles sur les relations rédaction/business en ce moment. Un plan social aurait été évoqué il y a quelques temps. Ils voudraient virer des journalistes pour embaucher des nouveaux chefs de produits… ».
  • 12h45 : pfff… je m’emmerde dans ce Comité. Ils ne parlent que parts de marché, audiences attendues, C.A et audiences prévisionnelles. Bof, pas grave je live-tweete pendant ce temps les perles qu’ils racontent sur mon compte « off » sous anonymat. Là je suis « Stephanik Tamairre », assistante blonde qui raconte la vie des entreprises new medias de l’intérieur, sans concession. Je change tout : les noms, les dates… Ca a fait un carton dans les revues de tweets des émissions tv la semaine dernière. Cyril Aïehoula m’a même demandé en contact sur LinkedIn, pour que je vienne sur son plateau sur France Cadre, façon révélations du « corbeau masqué ». La télé se marre bien avec les sujets de fond de l’internet.
  • 13h00 : fin de la réunion, mon manager me prend à part, dans le couloir. « Bon j’ai parlé de toi à la DG. Mon.. ton idée a vraiment été appréciée. J’envisage de te faire passer assistant business unit manager, toujours sous mon aile, mais avec plus de responsabilités et de vrais objectifs financiers; pour le budget tu me demandes et on verra ». Faut que j’aille voir la RH me dit-il aussi, juste pour un détail : je ne peux plus garder ma carte de presse, car mon contrat va passer en convention « cadre commercial ». C’est mieux il paraît, notamment pour l’actionnaire anglais qui ne comprend pas les finesses frenchies.
  • 13h05 : je Skype mes parents sur mon portable depuis le coin cuisine de la boîte, pour leur apprendre la bonne nouvelle. Et demander aussi conseil juridique à papa, c’est son ancien métier. Maman est aux anges : « c’est la première fois que tu as le mot chef dans ton titre ». Pour pas l’inquiéter, je lui ai dit que je devenais rédacteur en chef adjoint. Elle a jamais trop maîtrisé l’anglais…

(to be continued & augmented)

Publicités

2 réflexions sur “La journée type du journaliste en 2013 (partie 3)

  1. Là où tu as fait fort c’est en suggérant de remplacer la montre Pion offerte pour les abonnements par une cigarette électronique incorporant une puce de géo localisation pour collecter les données géographiques des lecteurs et une sonde thermique pour la température intérieur bureau, intérieur bouche et extérieure bureau. Revendre ces données à météo france, aux laboratoire Smith-Petit-Michot et à EDF était vraiment un coup brillant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s