Günter Wallraff, la presse, les blogs

Ouuuuuf! J’y rechignais, j’en avais peut-être peur, mais qu’est-ce que cela fait du bien de prendre enfin cette initiative. C’est la diffusion sur la chaîne de télévision Arte, il y a quelques semaines, d’un film sur le journaliste allemand Günter Wallraff qui m’a décidée. Cette icône d’une presse libre et audacieuse avait en effet inventé dans les années 80 la méthode de reportage du sous-marin, c’est à dire de l’infiltration dans des entreprises ou institutions afin d’en dévoiler les dessous, la face cachée, bref la vérité nue. Il s’en était notamment pris au quotidien « Le Standard » très influent dans les milieux populaires, mais aussi très oublieux de la moindre déontologie. Il avait surtout dévoilé la réalité du travail des immigrés dans « Tête de Turc », en se faisant passer pour un Turc.

Sans prétendre refaire du Wallraff, c’est bien dans cet état d’esprit que je créé en ces lieux mon second weblog éditorial, convaincu d’un certain nombre de choses :

  • la presse, les média sont un pouvoir, le 4ème dit-on, qui manque à l’évidence de son propre contre-pouvoir; les journalistes ne sont pas des surhommes : ils ont des failles, des limites qu’il est irresponsable de ne pas reconnaître, suicidaire de ne pas discuter, dangereux de ne pas corriger.
  • la presse est la première à chercher la paille dans l’oeil de ses voisins mais la dernière à en retirer la poutre qui est dans le sien; commençons chacun, à notre modeste niveau, à balayer devant notre petite porte, à rendre nos entreprises sinon plus juste du moins moins cyniques; elles n’en seront que de meilleurs outils démocratiques.
  • trop de patrons de presse tendent à forcer leurs journalistes à des compromis incessants avec leurs valeurs supposées de départ que sont l’honnêteté, l’indépendance, le professionnalisme;
  • trop d’entreprises de presse se voient dicter leur conduite par des intérêts contraires que sont ceux capitalistiques (qui les rachètent et les dirigent), commerciaux (qui les font vivre) politiques et économiques (qu’ils admirent), etc.

Il y a actuellement, c’est vrai, une crise de doute profonde, interne au monde des média et de la presse. On la voit se manifester sous forme d’ouvrages osés, mais qui semblent plus gêner qu’autre chose, trop vite rentrés dans la distante catégorie de « brûlots » plutôt que de livres essentiels, à commenter dans les écoles de journalisme, associations, syndicats, rédactions… La crise économique n’y est pas étrangère, qui met la presse face à ses contradictions, balayent surtout ses forces vives dans des coupes sombres budgétaires, fragilise son capital.

Dix ans de parcours dans la presse, dans des statuts aussi divers que pigiste, stagiaire, salarié… et des supports variés allant de la PQR au grand magazine en passant par la presse « pro » m’ont permis de voir un certain nombre de dérives, constaté des manquements graves à la déontologie. J’ai parfois pu résister, souvent perdu, et longtemps baissé les bras. L’âge faisant passée cette trentaine que l’on dit temps d’un premier bilan, et la responsabilité de « papa » m’incombant avec bonheur depuis peu, j’ai eu l’envie, le besoin incontenable de tenter de faire quelques chose contre cet état de fait. Une goûte inutile dans un océan d’indifférence? Non, plutôt un petit ruisseau qui fera, etc. De sorte que mon fils, plus tard, et ses amis puissent disposer dans leur pays des moyens réels de penser par eux-mêmes.

Ce carnet de route sera donc un premier geste de résistance allant dans le sens de faire changer les choses. Ce pour les jeunes générations de journalistes qui me suivent, mais surtout pour les citoyens impliqués que nous devrions tous être.

[note initialement publiée sur le blog « Les Médiaboliques« ]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s